Abdool Lalloo, 65 ans, ancien haut cadre fraîchement retraité de l’État civil, a été arrêté lundi soir par la Cybercrime Unit du CCID dans le cadre d’une affaire de harcèlement sexuel à travers des outils informatiques. La victime est une ancienne connaissance du sexagénaire, qui a porté plainte contre lui à la police il y a quelques semaines. Selon nos renseignements, c’est sur son lieu de travail que le suspect aurait commis le délit.

Abdool Lalloo était sous le charme de la plaignante, qui ne cessait de repousser ses avances. Or, le sexagénaire a commencé à lui envoyer des messages indécents en utilisant des e-mails fictifs. Puis les correspondances sont devenues plus intimes, où l’ex-haut cadre a téléchargé des photos indécentes qu’il a remises à la victime. Cette dernière a menacé de tout révéler au supérieur d’Abdool Lalloo et à la police. Le suspect a interrompu ses agissements momentanément, pour reprendre de plus belle quelques semaines avant sa retraite. Il lui a déclaré qu’il possédait des fichiers informatiques selon lesquels elle n’aurait pas bien fait son travail. Le sexagénaire aurait promis de passer l’éponge à condition que la plaignante entretienne une relation avec lui. Selon les informations à la disposition de la police, Abdool Lalloo a utilisé des cartes SIM fabriquées pour continuer à harceler la victime. Jusqu’à présent, les hommes de l’ACP Devanand Reekoye n’ont pas encore établi de quelle façon il s’est procuré ces cartes.

Le suspect a été arrêté hier lors d’une opération durant laquelle sa maison, à Moka, a été perquisitionnée. La police a saisi plusieurs documents, des outils informatiques et de fausses cartes SIM. Ces objets seront analysés après l’obtention d’un ordre judiciaire. De plus, la police est tombée sur des photos compromettantes dans les effets personnels du sexagénaire. L’ex-haut cadre n’a pas encore donné sa version des faits suite aux accusations portées contre lui. Il a été conduit ce matin aux Casernes centrales, où les enquêteurs effectuaient les procédures pour qu’il soit traduit au tribunal de Moka, où une accusation provisoire de “Computer misuse” sera retenue contre lui.