Un ressortissant français de 67 ans, originaire d’Angoulême dans l’Hexagone, a été victime d’une escroquerie alors qu’il entamait des démarches pour obtenir la nationalité mauricienne.

Dans une plainte déposée jeudi au poste de police de Pope Hennessy en présence de son avocat Me Ketan Seeburrun, le sexagénaire a déclaré qu’en novembre de l’année dernière, il s’était rendu au Passeport & Immigration Office (PIO) pour obtenir des renseignements concernant sa démarche. Il a rencontré son ancien locataire, un dénommé Clay, à qui il avait loué sa maison à Souillac. Ce dernier a prétendu qu’il pou- vait accélérer les procédures pour que le Français puisse obtenir le passeport mauricien étant donné qu’il avait un bon contact au bureau du Premier ministre. Le Français s’est laissé convaincre par Clay, qui lui a donné un premier rendez- vous dans un restaurant à la rue La Poudrière, Port-Louis, en novembre 2017, mais il ne se souvient pas de la date exacte. Après discussion, le suspect lui a demandé des copies de certains documents et une somme de Rs 2 000 pour enclencher les procédures.

Un mois plus tard, Clay l’a de nouveau rencontré dans le même lieu où il a cette fois-ci demandé Rs 20 000 pour les frais de papier. Un dernier rendez-vous entre les deux hommes a eu lieu en mars de cette année et l’ancien loca- taire voulait Rs 15 000 qu’il devait remettre à un ami qui travaille au PMO pour qu’il ob- tienne ses papiers au plus vite.

Selon le Français, après cet épisode, il a tenté d’entrer en contact avec le dénommé Clay à plusieurs reprises, mais ce dernier n’a jamais répondu à ses appels. En plus, le plaignant dit ignorer où il réside. Comme il n’a reçu aucune correspondance du bureau du Premier ministre ou autre autorité locale, le sexagénaire estime qu’il s’est fait berner et qu’il a perdu Rs 37 000. D’où sa démarche de solliciter la po- lice pour enquête. La Criminal Investigation Division (CID) de Port-Louis a été alertée de cette affaire.

D’après les renseignements recueillis, les enquêteurs n’ont pu obtenir les images de camé- ras du rendez-vous entre les deux hommes dans le restau- rant. Néanmoins, la police est confiante de pouvoir mettre la main sur le suspect car elle dé- tient son numéro de téléphone et compte se tourner vers la compagnie de téléphonie mo- bile pour obtenir les détails sur la personne.