La vigilance exercée par des officiels de la Mauritius Revenue Authority (MRA) au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport a mis hors d’état de nuire un réseau de trafic de Subutex à Maurice. Sur la base des informations communiquées à l’escouade de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de l’aéroport, des comprimés de Subutex d’une valeur marchande de Rs 3 millions ont été saisis sur un des passagers faisant partie d’un groupe de 80 ressortissants français venus passer des vacances dans un établissement hôtelier de la péninsule de Le-Morne.
Mais le fait singulier demeure que le passeur, Toma Carlos Pedraza, âgé de 45 ans, de nationalité française, est atteint de cancer et est également séropositif. Le cerveau derrière ce trafic de drogue avait cru trouver l’astuce idéale pour approvisionner son contact mauricien sans risque de se faire interpeller. D’abord, il avait cru pouvoir profiter de la loi du nombre et également du plus faible pour déjouer le système de contrôle à l’aéroport.
Le passeur a été inclus dans un groupe de 80 touristes venu passer une semaine de vacances à Maurice sur la base d’un Package élaboré par « Marmara, le droit au voyage ». Avec un tel nombre de vacanciers dans un seul groupe sur le vol de Corsair de jeudi dernier, les chances de détecter les comprimés de Subutex étaient minimes. Mais c’était sans compter le flair des officiels de la MRA à l’aéroport.
Dans les milieux concernés par la lutte contre la drogue, les parrains de la mafia n’hésitent devant rien, même en transformant des plus vulnérables, comme des cancéreux en des mules avec des risques énormes pour leurs santé et sécurité. Avec l’arrestation de Toma Carlos Pedraza, l’ADSU se retrouve avec un malade sur les bras. Le passeur, qui est un invalide déclaré, avait travaillé auparavant dans une fonderie en France.
Toma Carlos Pedraza, qui devait descendre dans un hôtel de la région de Le-Morne, a participé à un exercice de Control Delivery par l’ADSU se déroulant en deux temps. Jeudi, suivant les instructions fournies au téléphone par les contacts locaux, le passeur s’était rendu à un premier rendez-vous sur le parking d’un complexe commercial des Plaines-Wilhems. Mais la livraison ne fut pas effectuée pour des raisons de sécurité.
Un second rendez-vous fut pris dans la soirée de jeudi avec les contacts donnant des indications sur les lieux où le colis contenant les Rs 3 millions de Subutex devait être placé dans un endroit boisé. Là aussi, la partie mauricienne a hésité longuement avant de se présenter. L’opération fut décommandée par l’ADSU dans la journée de vendredi.
Le passeur présumé devra comparaître devant le tribunal de Mahébourg, lundi, alors que les 79 autres compagnons de voyage reprendront leur vol de retour pour Paris mercredi prochain.