Quelques mois après sa venue à Maurice pour la troisième édition de la Fête de la Jeunesse à l’IFM, Stéphane Servant nous dévoile Sirius, son sixième roman. L’auteur signe un roman d’aventures palpitant rempli d’embûches, qui est sorti en août.

L’histoire de Sirius se déroule dans un monde futuriste ravagé par la stérilité et la guerre. Dans une forêt isolée, Avril, une jeune fille, tente d’élever tant bien que mal Kid, son petit frère. Mais le passé d’Avril ressurgit et les pousse à partir sur les routes où les
dangers sont nombreux…

Dans Sirius, le lecteur est ébahi par la rencontre de deux enfants aventureux. Stéphane Servant a essayé de faire la synthèse de toutes les choses qui le taraudent. “La tâche n’était pas si simple. D’une part, je me méfi ais beaucoup de ma propre subjectivité, dans le sens où j’aurais pu me faire donneur de leçons sans le vouloir. D’autre part, se posait la question de la légitimité, comme le fait de me couler dans la peau de réfugiés.

Transposer tout ce qui m’interrogeait dans un futur immédiat m’a permis de prendre de la distance face au réel, de me dégager du chaos de l’actualité, et donc d’avoir une entière liberté dans l’écriture.” Le conteur d’histoires voulait traiter des problématiques très actuelles, comme l’exploitation des animaux, des hommes, de la nature, les réfugiés, la haine raciale et l’extrémisme religieux. Sirius est un roman qu’il a soigneusement écrit
pendant plus d’un an. “Il y a eu des moments de doute, des pauses, des voyages. Au fi nal, un an de travail à temps complet. Bien moins que mes romans précédents.” Il a adapté son
écriture et son style au rythme de Sirius. La nature est l’élément principal du livre.

Contradictions et doutes.

Au-delà des idées reçues, l’auteur dépeint un amour indestructible entre Avril et Kid, les deux personnages principaux. “Tous les personnages qu’ils vont croiser sont liés entre eux sans le savoir. Les hommes, les plantes, les animaux sont également liés. Tout ce qui a précipité le monde de Sirius dans le chaos, l’exploitation du vivant, la stérilité, la frustration, le terrorisme, participe d’un même système où la vie a perdu toute valeur.” La rencontre de Sirius va venir bouleverser tout ce qu’ils croyaient savoir du monde et les
entraînera vers de nouveaux horizons.

Les personnages sont pleins de contradictions et de doutes. “À travers eux, je mets en scène une multitude de points de vue sur ce monde à la dérive. Il appartient au lecteur de
s’emparer de ces questionnements et de trouver ses propres réponses, s’il le souhaite.”

Le kreol apparaît plusieurs fois dans le livre, à travers les mots qu’utilise Kid. Au contact de la nature, son langage se transforme. Il se fait brut. “Lors de mes voyages à La Réunion et à Maurice, j’ai été ébloui par la puissance évocatrice du créole, une langue pleine de vitalité, d’histoire et de poésie. Sans doute le créole a-t-il lentement infusé en moi…