Le droit aux services de santé gratuits et la pension universelle, même s’ils ne sont pas établis dans la Constitution, pourront bientôt y être inclus. Le bureau de l’Attorney General planifie d’entreprendre un programme de réflexion sur la Constitution dans le cadre des 50 ans d’indépendance de Maurice.

L’annonce a été faite par l’Attorney General, Maneesh Gobin, ce matin : « Après 50 ans, nous devons avoir un nouveau regard sur notre Constitution. Nous devons également nous engager dans une réflexion pour voir comment d’autres pays ont évolué ». C’était à l’hôtel Voilà Bagatelle lors d’un atelier de travail organisé par la Human Rights Commission et la délégation de l’Union européenne, pour marquer les 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’Homme célébrée le 10 décembre.

Lire la suite dans Le Mauricien du 11 décembre.