Merci à votre correspondant Diplal Maroam qui, dans votre édition d’hier (NdlR : mardi 8 janvier 2013), nous rappelle les mots plus que cruels de nos Noble Lords du Conseil Privé au sujet de nos deux juges mauriciens qui s’étaient vu confier la responsabilité du procès qu’intentait M. Robert Lesage à la MCB, ses anciens employeurs.
Je ne me souviens d’aucune instance dans laquelle les Noble Lords ont jamais eu l’occasion de dire aux juges mauriciens de notre Cour Suprême, que « the Court created an impression of unfairness and bias » avant d’ordonner la tenue d’un nouveau procès devant une instance différemment constituée.
Unfairness and bias. Jamais un tel soufflet n’a été administré aux Juges de cette Cour Suprême dont nous avions quelques raisons d’être fiers.
Et il semble que personne n’ait, jusqu’à l’heure, cru nécessaire de réagir au nom des Neerunjun, Rivalland, Garrioch, et autre Herchenroder qui, au cours de ces cent dernières années, ont tellement honoré cette même Cour Suprême et, avec elle, l’île Maurice toute entière.
Ceux qui se sont attirés les remarques de « unfairness and bias » de notre plus haute instance judiciaire doivent à l’île Maurice de songer à ce que l’honneur judiciaire attend d’eux…
Merci d’y penser, Madame, Monsieur…