Les stagiaires du centre de formation Unicorn se sont récemment lancées dans un combat pour réclamer une partie des salaires que, selon elles, la National Empowerment Foundation (NEF) aurait dû leur accorder. Mais Kadress Pillay, directeur de la NEF, soutient au Mauricien qu’elles ne recevront rien car « il n’y a jamais eu de contrat entre la NEF et le centre Unicorn ».
Pour la soixantaine de stagiaires ayant commencé une formation de Health and Social Care avec le centre Unicorn, la NEF était censée leur rembourser une partie de ces salaires. Or, jusqu’ici, elles n’ont rien reçu. Depuis, elles ont entamé des négociations avec la NEF en vue de recevoir ce qu’elles estiment être leurs dûs. Si le Unicorn Centre soutient que le centre est éligible à ces fonds, le président de la National Empowerment Foundation, dans une déclaration au Mauricien, affirme catégoriquement que ces stagiaires ne recevront rien. « C’est l’argent du public et nous avons des comptes à rendre », dit Kadress Pillay. « Pour que quiconque soit éligible à ce fonds, il faut un contrat dûment signé entre la NEF et l’employeur », or il n’y a aucun contrat qui existe entre eux. De plus, ajoute-t-il, il y a certains critères à respecter et le Unicorn Centre ne le fait pas. Ainsi, les cours offerts doivent être MQA approved, alors que ce n’est qu’en mars que ceux d’Unicorn ont été approuvés. Le centre Unicorn avait déjà débuté ses formations en janvier. De plus, affirme Kadress Pillay, l’employeur doit garantir un emploi pour neuf mois au minimum à au moins 60 % des stagiaires, et il lui faut leur donner un salaire minimum de Rs 6000. « Le Centre Unicorn offre supposément Rs 5 000 à ces stagiaires, là déjà ce n’est pas conforme aux critères. Nous n’avons aucune preuve que le centre paye effectivement ces salaires », a fait ressortir notre interlocuteur. « Le maximum que la NEF rembourse est Rs 3 000 ».
Pour le président de la NEF, il est clair que le centre n’aurait pas dû débuter le cours sans contrat. Il affirme avoir à maintes reprises informé le centre sur les critères que doit satisfaire un employeur qui veut avoir recours à ce programme. « En février, je leur ai même fait parvenir en écrit les conditions ». Pour ce qui est de la liste des noms de stagiaires potentiels soumise à Unicorn en janvier, Kadress Pillay indique que la NEF envoie une liste de personnes à tous les employeurs qui en font la demande. Et de conclure : « De la liste que nous avons lui avons envoyée, le centre a recruté uniquement 15 personnes, les autres stagiaires sont ses étudiantes ».