Avec l’avènement du Metro Express, l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) réclame une rencontre gouvernement-employés-propriétaires d’autobus afin de mettre en exergue l’insécurité des employés sur leurs lieux de travail. La requête a été faite lors d’une conférence de presse, mardi 30 janvier.

Plus de 90 cas d’agression sur des employés opérant dans des bus ont été enregistrés en 2017. Les membres du syndicat évoquent un manque de soutien de la part du ministre Bodha: “Eski bizin ena mor-dom pou ki otorite komans reazir ?”

Toujours dans le même registre, les membres de l’UBIW réclament une garantie de Nando Bodha, ministre des Infrastructures publiques et du transport en commun, qu’il n’y aura pas de pertes d’emploi dans le sillage de l’implantation du Metro Express, en particulier pour les employés de la compagnie Rose-Hill Transport.  “Nou pe dir Nando Bodha resezi li, si li pa gagn letan zouenn nou lor sa size la; nou dispoze ouver laport, nou demann li res ouver a bann negosiasion pou ki nou konn la sitiasion pou travayer Rose-Hill Transport”, a lancé Alan Kistnen, secrétaire de l’UBIW.

En attendant, le secrétaire syndical fait comprendre qu’une correspondance sera adressée au ministre pour réclamer les actions qui s’imposent.  Au cas contraire, il lance une mise en garde: “An 2013 inn montre zot ki travayer ankor kapav fer lagrev.”