Trois points en litige opposent l’Union of Employees of Central Electricity Board au management du CEB : l’arbitrage, les « increments » non accordés et le bonus de productivité. Le rapport Appanah ne doit pas être imposé mais négocié avec le syndicat, a fait comprendre le président de l’UECEB Giandeo Peeharry. Le General Manager du CEB S.K. Tandoo a quant à lui promis une réponse aux employés du CEB concernant le premier point en litige le mardi 23 août.
Giandeo Peeharry, président de l’Union of Employees of Central Electricity Board (UECEB), a souligné que la révision des salaires et des conditions de service se fait chaque quatre ans au CEB. Dans le dernier Collective Agreement ratifié en février 2006, il est mentionné en page 12 qu’une fois l’employé aura apposé sa signature sur l’Option Form, il devra se plier aux conditions établies par le CEB, qui concernent notamment le salaire, le scheme of service, tous les privilèges et règles internes.
Le CEB, fait ressortir Giandeo Peeharry, est scindé en trois syndicats : le CEB Workers Union, la CEB Staff Association et l’Union of Employees of CEB. La direction du CEB, a-t-il expliqué, avait approché en 2009 le consultant M. Hewitt pour la rédaction d’un rapport sur les salaires et les conditions de service au CEB. Un rapport qui, a-t-il dit, a été rejeté par l’organisme parapublic. « Consultant finn soumett rapport ek CEB finn mett dan tiroir. Zot finn approche enn lot consultant, M. Appanah, ex-directeur du PRB ek zot finn dir ki rapport Appanah bizin aksepté li. » Or, en page 13 du procedural agreement signé en avril 2010, M. Peeharry a rappelé qu’il est mentionné que le CEB a le droit de faire appel à n’importe quel consultant pour rédiger un rapport sur les conditions de salaires et de service. « Ce rapport ne doit pas être imposé mais négocié avec le parti concerné, à savoir l’Union of Employees of CEB. »
Le CEB Workers Union et la CEB Staff Association ont entériné le rapport Appanah. « Ils ont accepté le rapport Appanah in toto », a souligné Giandeo Peeharry. À ce jour, poursuit le président de l’UECEB, il y a plusieurs points noirs relevés dans le rapport Appanah, dont le plan pension, les heures de travail imposées, le shift stand et le travail en surplus. « Nu pas d’accord lors plisier points évoqués par rapport Appanah. » D’où la démarche de l’UECEB de faire appel à l’Employment Relations Tribunal (ERT). Mes Razack Peeroo (SC) et Dev Ramano, avocat qui représente les intérêts du CEB et homme de loi qui paraît pour l’UECEB, sont tombés d’accord pour porter le litige devant le board du CEB.
Après plusieurs discussions, l’UECEB a déposé plainte au ministère du Travail concernant les trois points en litige : l’arbitrage, les « increments » non accordés et le bonus de productivité. La Commission for Conciliation and Mediation (CCM) a réuni les deux parties. Elles sont arrivées à un compromis sur le premier point concernant l’arbitrage et sur le choix de leurs arbitres respectifs.
L’UECEB a adressé une lettre au CEB avec la proposition de Iqbal Rajabalee comme son représentant et le CEB avec celle de juge Bushan Domah. Le syndicat a demandé au board du CEB de faire un choix.
Le président de l’UECEB a aussi rappelé au conseil d’administration du CEB qu’un tirage au sort aurait pu être organisé pour savoir qui de Iqbal Rajabalee ou du juge Bushan Domah se chargera du dossier. Giandeo Peeharry a expliqué que lors d’une conversation téléphonique entre lui et S.K. Tandoo, il avait fait comprendre au General Manager du CEB que le premier point en litige (l’arbitrage) serait à l’agenda du prochain staff committee.
Le General Manager du CEB a rencontré vendredi les membres de l’UECEB et leur a promis une réponse officielle concernant l’arbitrage le mardi 23 août. Le syndicat a clairement indiqué qu’il engagerait des actions syndicales contre le CEB si S.K. Tandoo ne respectait pas l’accord.