Le frère de sir Anerood Jugnauth et oncle de Pravind est arrivé tout sourire sur l’estrade où il a été chaleureusement accueilli par l’état-major rouge-bleu. Ashock Jugnauth s’est retrouvé assis entre Cader Sayed-Hossen et Arvind Boolell. Le leader de l’Union nationale était jusqu’à tout récemment, avant le Remake 2000, l’allié du MMM. Son intervention a duré un peu plus d’une dizaine de minutes, l’essentiel étant une sortie en règle contre son neveu. Le frère du président de la République démissionnaire était « l’invité surprise » du meeting Ptr-PMSD à Vacoas dans le cadre de la mobilisation pour le rassemblement du 1er-Mai.
« Nou tou koner finn ena maldonn dan zafer MedPoint », a lancé Ashock Jugnauth, « l’invité surprise » de l’alliance gouvernementale pour le meeting du 1er-Mai à Vacoas dans le cadre de la fête du Travail. « J’ai discuté avec Navin Ramgoolam. Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il faut trouver le coupable dans l’affaire MedPoint et que ce coupable doit être puni », a fait ressortir le leader de l’Union nationale (UN). Et d’ajouter : « Mo pou soutenir parti ki pe fer pei progrese ; parti ki pe fer developman pou lepep. »
Le leader de l’Union Nationale n’y est pas allé de main morte. Sa cible, mardi matin, n’était autre que son neveu Pravind Jugnauth. Rappelant la partielle dans la circonscription Quartier-Militaire / Moka (N°8), Ashock Jugnauth dit : « Paul Bérenger était venu me voir pour m’offrir le soutien de son parti. Pravind pour sa part avait bénéficié du soutien du Ptr. Quand il a remporté la victoire, il avait brandi un drapeau rouge et déclaré : ’’Zame mo pu kapav bliye seki Parti Travailliste ek Navin Ramgoolam finn fer pu mwa.’’ Pourtant, qu’a-t-il fait ? »
Très virulent, l’oncle a surtout insisté : « Kan eleksyon so ler pu vini, ou pu ena enn gran desizyon pu pran. Fer byen atansyon : napa less Pravind vinn premye minis. »
Ashock Jugnauth a poursuivi : « Mo ena respe pou Bérenger. De fwa, linn casse dan guvernman, linn retrouv li dan lopozisyon. Trwa mwa, kat mwa, sink mwa, li reste, li pa poz kestyon. Me zame li pa finn tir lor guvernma. Lot la li (NdlR : Pravind Jugnauth), lendimin li kit guvernma, li kumans fer traktasyon pu fer Navin Ramgoolam perdi mazorité. » Il a déclaré que « Pravind se enn tret. Linn servi otan Bérenger ki Ramgoolam ». Le leader de l’UN s’est appesanti sur ce qu’il a appris : « Seki mo finn apran, se ki zanfan grandi pou okip zot paran. Pravind li, li ale guett pov bolom Anerood, li dir li « papa, dan bez. Ou bizin sorti ». Bolom-la bizin trenn dan meeting dan Port-Louis ek lezot lendrwa. »
L’oncle de l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Finances a rappelé que « monn pass dan boukou siklonn. Ziska mo lapo inn vinn lapo crocodil. Donn mwa kout fwet, mo pa gayn dimal. Me kan mo dan problem, mo pa ale guet papa, frer, ser, kousin, kousine… » L’ex-ministre de la santé a aussi souligné que « j’ai un très grand regret. Le MSM auquel j’ai appartenu, sous SAJ, a réalisé beaucoup de progrès pour ce pays. Nous jouions en 1re division. Mais quand Pravind est devenu trop gourmand en 2002 et qu’il est devenu leader du parti, le MSM joue désormais en 5e division ! »