Une retraitée de 68 ans, habitant Union Park, a déclaré à la police de Rose-Belle être victime de maltraitance. Dans une déposition pour “Illtreating eldery person”, consignée hier à la police, elle indique qu’elle habite au rez-de-chaussée d’un bâtiment, alors que son fils et sa belle-fille, 39 ans et d’origine indienne, vivent à l’étage. Selon la sexagénaire, depuis le mariage du couple en 2012, la trentenaire « n’a cessé de me harceler et de me maltraiter physiquement et verbalement ». La retraitée a alors sollicité la police à maintes reprises à ce sujet. La sexagénaire a aussi avancé qu’après le départ des officiers, sa belle-fille aurait recommencé de plus belle à la maltraiter.

Ce matin, la plaignante faisait sa prière dans la cour quand la trentenaire lui aurait lancé des jurons de sa fenêtre à l’étage. Dans un premier temps, la victime dit l’avoir ignorée. Mais sa bellefille est ensuite descendue avec un morceau de bois et devait lancer « aster to pou kone la ». Elle aurait frappé sa bellemère sur tout le corps avant de la menacer « azordi mo kas kas twa ». La sexagénaire a alors pris la fuite pour se cacher dans sa cuisine en attendant que la situation se calme. Dans sa version des faits, elle relate avoir subi des blessures aux pieds et à la main et souhaite une assistance médicale. Craignant pour sa sécurité, elle a fait comprendre à la police qu’elle souhaiterait bénéficier d’un Protection Order.

De son côté, la trentenaire a déposé une plainte au poste de police de l’hôpital Nehru de Rose-Belle. Elle déclare avoir eu une prise de bec avec sa belle-mère qui, dit-elle, l’aurait frappée avec un bâton. Elle s’est plainte de douleurs à la main. Mais le personnel soignant n’a pas noté de blessures sur elle. Elle a quitté l’hôpital après qu’un médecin lui a prescrit des médicaments. La police a ouvert une enquête pour déterminer la véracité des propos dans cette histoire.