Une délégation malgache dirigée par le directeur général adjoint de la poste malgache, Ami Bernard Rakotoarivelo, a passé une semaine à Maurice pour découvrir le modèle mauricien comme recommandé par l’Union postale universelle dans le cadre de l’inclusion financière postale.
« Nous avons 230 bureaux de postes à travers Madagascar et nous étudions le modèle mauricien en vue d’offrir la possibilité aux populations locales d’accéder aux services financiers postaux », a affirmé Ami Bernard Rakotoarivelo au Mauricien.
L’inclusion financière des populations est un des projets phares de l’Union postale universelle (UPU). Elle consiste à fournir « des services financiers de base — épargne, paiements, transferts d’argent — aux personnes ». Le site de l’UPU indique que 1,5 milliard de personnes dans le monde utilisent les services financiers offerts par la poste.
L’UPU aide ses pays membres à mettre en place ou à développer des services financiers inclusifs et durables. « En sa qualité de plateforme d’information et d’assistance technique au secteur postal, l’UPU constitue le partenaire idéal des bailleurs de fonds pour étendre l’accès aux services financiers postaux pour les populations les plus défavorisées », fait ressortir l’union sur son site internet sous le volet inclusion financière. Ainsi, elle note que « la fondation Bill & Melinda Gates soutient les travaux de l’UPU sur l’inclusion financière postale ». Ceux-ci se déclinent en trois principaux objectifs.
Premièrement, il y a la recherche. Elle consiste à comprendre les facteurs de succès pour développer des services financiers inclusifs pour les populations démunies tout en étant rentable pour les opérateurs postaux. Deuxièmement, la communication. Elle vise à promouvoir le potentiel que représentent les réseaux postaux auprès des acteurs clés de l’inclusion financière : gouvernements, banques centrales, opérateurs désignés, organisations internationales, parmi d’autres. En dernier, c’est la mobilisation des ressources. Il s’agit d’identifier et de sélectionner les pays ayant un fort potentiel pour développer des services financiers postaux inclusifs, en mobilisant des ressources et en les accompagnant dans la négociation et la mise en oeuvre de partenariats.
Le Chief Executive Officer (CEO) de la Mauritius Post (MP), Giandev Moteea, indique au Mauricien que l’organisme compte 114 bureaux de poste à travers Maurice. Les services financiers offerts à la poste aident à l’intégration économique de la population locale, dit-il. « Nous positionnons la poste comme un community hub dans chaque région. Tout le monde peut avoir accès aux services financiers. Nous avons aussi ouvert des boutiques postales qui proposent une multitude de services : accès internet, possibilité de faire des photocopies, achat de produits, et même des téléphones portables… »
Dans le cadre de sa réforme, la Mauritius Post offre depuis 2003 la banque postale comme une entité annexe. Son CEO souligne que l’UPU encourage les pays à aller dans cette direction. Ainsi, des représentants de pays amis comme les Seychelles ou encore le Botswana sont déjà venus à Maurice pour s’inspirer des meilleures pratiques locales qui pourraient être appliquées chez eux.
La délégation malgache, qui est arrivée dimanche soir, quitte le pays aujourd’hui. Outre Ami Bernard Rakotoarivelo, elle est composée de Vololoniaina Ravonitsaramalala, directrice de stratégie de la poste malgache, Jeanne Eléonore Ravaonirina, chef d’agence de l’Épargne postale et Serge Ramanitrera, représentant de la Banque centrale de Madagascar.