Après que la prison de haute sécurité, La Bastille, sise à Phoenix, où des détenus tels que Derek Jean-Jacques, dit Gro Derek, Steve Monvoisin ou encore Kamlessing Beerbaul, purgeaient leurs peines, ait fermé ses portes, en début de cette semaine, il se chuchote, dans les coulisses de nos institutions pénitentiaires qu’une autre prison connaîtra bientôt le même sort. Il s’agit de la prison de Grande Rivière Nord-Ouest, où se trouvent actuellement 350 détenus en attente de leurs convictions, et qui emploie 90 officiers. Une décision qui jette un grand froid parmi l’ensemble des employés des prisons et qui fait monter au créneau le syndicat des officiers, la POA.
« À peine a-t-on procédé à l’inauguration, en grande pompe, de la prison de haute sécurité de Melrose, que nous avons eu des informations selon lesquelles d’autres prisons, dont celle de GRNO, allaient bientôt être fermées… », s’insurgent quelques officiers qui préfèrent garder l’anonymat. Une fermeture qui ne manquera pas de provoquer un certain remous au sein de l’univers carcéral, et qui amène le syndicat des officiers, la POA, à monter au créneau : « Nous avons, effectivement, eu vent d’une éventuelle fermeture de la prison de GRNO. Nous sommes conscients que le gouvernement, ayant considérablement investi dans la création de la prison de Melrose, a besoin, désormais, de veiller au « cost-effectiveness » du projet et de rentabiliser ses institutions. Ce qui est tout à fait normal. »
A ce jour, 350 détenus « en attente de leurs peines et convictions, donc, en « remand », constituent la population carcérale de GRNO, indiquent des officiers rencontrés. L’effectif d’employés se compose de 90 Prison Officers. » Nos interlocuteurs ajoutent : « Il nous revient que, outre les 10 détenus de La Bastille, qui ont déjà été transférés à Melrose, il est question d’y envoyer également 400 « convicts » qui purgent actuellement leur peine à Beau-Bassin. » Suivant cette équation, estiment ces officiers, « le gouvernement pense qu’il peut, de ce fait, « shifter » ces 350 détenus de GRNO à Beau-Bassin… »
Cependant, soutiennent Siddick Lallmohamed et Jackie Kamanah, respectivement président et secrétaire de la POA, « nous souhaiterions qu’une étude réfléchie et un plan stratégique soient élaborés avant d’imposer une fermeture qui risque d’entraîner des répercussions très négatives sur l’ensemble de notre profession ! » M. Kamanah brandit, d’emblée, « le fait que Maurice est signataire de la convention des Nations unies, le Standard Minimum Rules for the Treatment of Prisoners. Qui implique le respect des classifications des détenus selon les délits commis et tout en respectant leurs droits humains. » Or, continue-t-il, « dans ces circonstances où l’on augmentera la capacité de Beau-Bassin, qui est déjà optimale, nous allons certainement nous retrouver avec un problème de surpopulation ! »
POA et officiers s’accordent à faire ressortir que « si l’on continue comme ça, d’ici 5 à 10 ans, au maximum, du fait que et Beau-Bassin et Melrose seront surpeuplés, nous aurons à réclamer, une fois encore, au gouvernement d’investir des milliards pour construire une nouvelle prison ! » Plutôt que d’en arriver là, suggère S. Lallmohamed, « si l’on évalue bien les ressources qui sont à notre disposition, si, par exemple, on « redeploy » certaines unités qui coûtent, à ce jour, la bagatelle de Rs 30 millions au gouvernement annuellement, à cause des « overtime » et autres « specials » comme des « escorts », cela permettra, à la fois de réaliser des économies et d’avoir une meilleure efficience ! »
Dans le même souffle, ces officiers proposent « de revoir les structures déjà en place et les modalités en cours… Pourquoi, par exemple, ne pas envisager la création d’une « Escort Unit » ? Cela palliera certains manquements actuels, dont le fait que certains officiers s’arrogent le « privilège » de s’acquitter de ce type de fonction, qui permet de toucher des allocations supplémentaires… Au détriment d’autres officiers ! »
La POA se dit « « highly concerned » par cette éventuelle fermeture de GRNO… Nous sommes d’avis qu’il serait mieux pour le gouvernement de « reculer, afin de mieux sauter ». » Dans cette perspective, S. Lallmohamed et J. Kamanah comptent « demander rendez-vous avec le PM qui s’est toujours montré très à l’écoute… » De plus, soutiennent-ils, « nous sommes contre l’avis que parce que la prison de GRNO se trouve dans une zone résidentielle, il faut la fermer ! A Maurice, toutes les prisons sont situées dans des zones résidentielles. Il incombe aux structures en place de faire respecter l’ordre et la paix. C’est un argument trop facile pour prétexter la fermeture de cette prison. Nous en avons encore besoin… »
Pour leur part, les officiers rencontrés déplorent le fait que « au sein de la direction de la prison, il y a un manque de prise de décision. Résultat : c’est nous, les officiers, qui en faisons les frais ! »