Triple distinction pour l’univers catcéral mauricien grâce aux réalisations de trois cadres postés à la prison de Beau-Bassin et à celle de Grande-Rivière. D’abord, le service des prisons compte désormais deux techniciens en pharmacie qualifiés, Ineschand Bhungee et Wootun Bheema Naiko, qui ont suivi des cours étalés sur deux ans de 2012 à 2014 dispensés par l’Institut de Santé à Pamplemousses. Ensuite, Michel Kursley Baker, posté au département des Travaux, a décroché le Best Trainee Award dans le domaine de la maçonnerie et des travaux en béton, cours assuré par le Mauritius Institute of Training and Development.
Cette réalisation de Ineschand Bhungee et de Wootun Bheema Naiko constitue une première pour le milieu carcéral et vient combler le manque de techniciens en pharmacie au département des prisons. Selon le Commissaire des Prisons, Jean Bruneau, les deux cadres ont pu consolider leurs compétences organisationnelles et de gestion du temps pour effectuer de manière efficace la priorisation, l’organisation et la gestion du déroulement du travail liée à la distribution des médicaments. Postés l’un au dispensaire de la prison de Beau Bassin et l’autre à la prison de Grande Rivière, les deux cadres ont pour tâche de répondre aux besoins des détenus en matière de santé et de médicaments.
Les principales fonctions d’un technicien en pharmacie sont, entre autres, l’émission de médicaments et de produits pharmaceutiques, l’émission de médicaments prescrits, l’inventaire des médicaments, le stockage efficace des médicaments, le suivi du mouvement des items pharmaceutiques, la vérification de la date d’expiration des médicaments et l’achat des médicaments. Le cours comprenait plusieurs modules dont la pharmacologie, la pharmaceutique, la pathophysiologie, l’introduction à la médecine ayurvédique, la technologie informatique, la loi pharmaceutique, l’achat et l’approvisionnement des médicaments, le counselling des patients, la chimie et le calcul pharmaceutique. Les compétences sont : optimiser la sécurité, l’efficacité des opérations au niveau pratique ; contribuer à la gestion des inventaires de la pharmacie afin d’assurer une distribution efficace des produits et ; contribuer à la gestion de la tenue des dossiers.
Le département des Prisons est doté de deux Hospital Wards à Beau Bassin et à l’Eastern High Security Prison de Melrose ainsi que des pharmacies/dispensaires dans les autres prisons et au Correctional Youth Centre. Le personnel comprend un Chief Hospital Officer, 5 Principal Hospital Officers, 8 Senior Hospital Officers, 4 Prison Medical Officers et 16 infirmiers. Plusieurs détenus reçoivent des soins quotidiennement dans les différentes institutions carcérales. Le nombre de séropositifs s’élève à environ 450 et 276 détenus sont sous traitement antirétroviraux. Un total de 458 détenus bénéficient du traitement de substitution de la méthadone, 75 sont diabétiques et 75 sont atteints de maladies cardiaques.
Rehaussement des capacités des cadres de la prison est un élément important
De son côté, le cadre Michel Kursley Baker, posté à la prison de Beau-Bassin, a suivi des cours d’une durée d’un an de janvier à décembre 2013 au Sir Kher Jagatsingh Training Centre à Beau Bassin et a obtenu le National Trade Certificate Level 3 en maçonnerie. Le cours a été financé par le Service des Prisons. L’officier s’est joint au département en 2002. Il a été posté à la section des travaux depuis 2004. Des détenus travaillent sous sa supervision dans le domaine de la maçonnerie.
Le commissaire Bruneau affirme que le rehaussement des capacités des cadres de la prison est un élément important dans le plan stratégique de dix ans du Service des Prisons parce qu’ils sont appelés à encadrer les détenus dans leur réhabilitation et leur réintégration dans la société. Ainsi, un Educational and Vocational Training Institute est opérationnel sous la Prison Training School.
 Les cadres des prisons sont formés à plusieurs métiers et sont ensuite enregistrés comme formateurs par la Mauritius Qualification Authority. Après quoi, ils sont habilités à offrir une formation préprofessionnelle aux détenus dans divers domaines. Les détenus qui ont suivi ces cours ont réussi à trouver de l’emploi après leur libération et quelques-uns ont pu mettre sur pied leur entreprise et mènent une vie normale. Plusieurs cours de formation sont dispensés par des formateurs du MITD dans divers domaines tels que la production alimentaire, la pâtisserie, la confection de vêtements, l’élevage, l’ébénisterie et la fabrication de produits métalliques.