Plus de 400 enfants des Standards 4, 5 et 6 de quatre écoles de la Zone d’Education prioritaire (ZEP) ont eu l’occasion d’assister à une conférence sur l’origine de l’univers et d’être sensibilisés à la nécessité de protéger la planète par l’astrophysicien franco-canadien Benoît Reeves, actuellement à Maurice. Hier matin, c’était au tour des enfants de l’école primaire d’Emmanuel Anquetil, à Roche-Bois de découvrir des fabuleuses images de l’univers et des nuages de poussière d’étoiles.
Installés sous un préau à l’arrière des salles de classe, les élèves écoutent attentivement Benoît Reeves qui commence à leur parler de l’origine de l’univers, de la voie lactée qu’« on ne peut pas voir dans son ensemble puisque nous en faisons partie », précise-t-il. « Est-ce que vous savez ce qu’est la gravitation ? » leur demande Benoît Reeves. Les élèves tentent de répondre. Certains ont la bonne réponse, d’autres pas. Il leur explique que « nous sommes tous attirés par la gravitation ». « Tous les corps s’attirent. Répétez après moi », lance-t-il. Les enfants reprennent la réponse en choeur et l’explication sur la formation des étoiles se poursuit. « Attirés par la gravitation, des nuages de poussières s’écroulent les uns sur les autres et le frottement entre elles produit de la chaleur et résulte en la naissance d’une étoile. Mais cela ne se fait pas en dix minutes. Cela prend des millions d’années pour qu’une étoile se forme ». Benoît Reeves leur demande de tenter une expérience en se frottant les mains. « C’est chaud », affirment les enfants au bout de quelques secondes. « Arrêtez de vous frotter les mains avant de vous brûler ». Il passe ensuite à l’explication de la formation d’une supernova. À la vue d’une image qui leur est présentée, les yeux s’écarquillent. « Waaaaow ! », lancent-ils toujours très attentifs à ses explications, et ce, bien que ceux qui étaient à l’autre extrémité du préau avaient du mal, par moments, à tout entendre. Le conférencier poursuit avec la formation des géantes rouges, avec des images à l’appui qui ne finissaient pas d’éblouir nos jeunes enfants.
Pour beaucoup, c’est leur première rencontre avec l’univers. « C’était très joli », affirme Wayne Ramdanee, dix ans, élève en CPE. « Premye fwa mo trouv sa, ti bien interesan », poursuit-il en affirmant qu’il souhaite devenir médecin plus tard. « Monn bien kontan kan misie la inn montré nou sa zimaz la. Nounn trouv bann zetoil et nou soley », ajoute Laurianne Pauline, élève en CPE, dix ans qui apprend aussi un nouveau mot : « astronomie ». Nigel Uranie, en CPE, également a été frappé en apprenant que « le soleil va mourir un jour ». « Linn gagn per kan misie inn dir soley pou exploze enn zour », renchérit Elldina Godin, en CPE aussi. Pourquoi as-tu eu peur ? « Parski pa pou ena lalimier », répond-il au Mauricien. La rencontre avec l’astrophysicien a éveillé la conscience du jeune homme qui souhaite devenir astronaute. Thomas Jean, neuf ans, élève en Std 5, est aussi inquiet puisque « quand le soleil explosera, il n’y aura plus de lumière sur terre ». Il affirme qu’« il faut faire attention à la planète. Il faut protéger l’environnement ». Le jeune Thomas souhaite aussi devenir médecin. Nessa Legentil, huit ans, élève en Std 4, réagit aussi à « cette explosion du soleil ». « Nou pou fini mor », dit-elle. Nessa est aussi consciente de la pollution marine. « Nou bizin pa zet sak plastik et dese dan la mer. Bann torti pou toufe ». Après la découverte des images sublimes de l’espace, notre jeune interlocutrice souhaite y effectuer un voyage.
Dans une déclaration au Mauricien à l’issue de la conférence, le maître d’école, Seewajee Raggoo exprime sa satisfaction devant cette rencontre peu commune du matin. C’est sur recommandation de son directeur de l’éducation que les enfants ont eu de la chance d’assister à cette conférence, dit-il. « Les professeurs m’ont dit que c’était très intéressant. Les élèves ont appris des choses. Cela fait d’ailleurs partie de leur cursus ».
Après l’école de Roche-Bois, Benoît Reeves s’est rendu à l’école primaire de Pointe-aux-Piments. La veille, il est intervenu à Bois-des-Amourettes et à Rivière-Noire. Samedi, deux séances, une familiale à 16 heures et l’autre grand public à 20 heures, sont prévues au Kafé T@ à Rose-Hill.