Les attaques de requin survenues à La Réunion depuis 2011 et aux Seychelles ont terni l’image de ces squales. Ils sont loin d’être des prédateurs sanguinaires qui s’attaquent aux humains pour se nourrir. Les requins confondent parfois les nageurs ou les surfeurs avec des animaux blessés. Il faut savoir que de nombreuses espèces sont menacées d’extinction. Et que le requin est essentiel dans l’équilibre des écosystèmes marins.
Diabolisés depuis des siècles, les requins sont perçus comme étant des prédateurs sanguinaires qui attaquent les humains pour se nourrir. Une image qui n’a fait qu’empirer avec la sortie du film Les Dents de la mer.
Mais cette réputation n’est pas justifiée. La plupart des plongeurs vous le diront : ils ne craignent pas les requins qu’ils peuvent rencontrer lors de leurs plongées. “J’en ai vu en quelques occasions. Le requin est curieux. Il ne va pas attaquer pour rien. Il tournera probablement un peu autour de vous lorsqu’il détecte votre présence, mais il finira par poursuivre sa route”, confie Rex Colimalay, plongeur professionnel.
Danger d’extinction.
Il faut savoir qu’une quinzaine d’espèces de requins peuvent être trouvées autour de l’île, comme les requins à pointes noires ou à pointes blanches, les requins marteaux, les requins bouledogues, les requins taureaux… Selon les scientifiques, 70% des requins sont en danger d’extinction. Victimes de la surpêche, de pêche occasionnelle comme la pêche au gros ainsi que de la diminution de nourriture, ces prédateurs pourraient disparaître des mers.
Les espèces de requins fréquentant nos eaux ont considérablement diminué ces dernières années. “Il n’y a plus de squales qui fréquentent la Passe aux requins qui, autrefois, foisonnait de requins. C’est très parlant. À mon avis, les pêcheurs de requins doivent y être pour quelque chose”, soutient Jacqueline Sauzier de la Mauritius Marine Conservation Society (MMCS).
Régulateur.
Si les requins venaient à disparaître un jour, tous les océans du globe subiraient des changements dramatiques : les écosystèmes se verraient chamboulés. En effet, le requin joue le rôle de régulateur des océans. “Le requin est essentiel pour l’équilibre des écosystèmes, car il est au sommet de la chaîne alimentaire. Il va aider à réguler un écosystème. S’il disparaît, il y a des chances pour que les écosystèmes marins soient débalancés. C’est très simple : dans un écosystème idéal, le requin mange les poissons carnivores comme le thon ou la carangue qui, à leur tour, mangent les petits poissons qui se nourrissent d’algues. Si vous enlevez le requin de cette chaîne alimentaire, il y aura beaucoup plus de thons et de carangues. Ces derniers mangeront alors beaucoup plus de poissons herbivores et les algues proliféreront. Le milieu sera perturbé”, souligne Jacqueline Sauzier.
Le requin fait également office de nettoyeur des océans, confie Vassen Kauppaymuthoo. “Il va manger et ainsi détruire toutes sortes de déchets organiques. Il nettoie les océans.”
Vibrations.
Certes, il y a chaque année des attaques perpétrées contre des surfeurs ou des nageurs à travers le monde, mais elles peuvent souvent être expliquées. Les requins sont susceptibles de confondre des planches de surf avec des proies vivantes, ce qui les pousse à attaquer pour tenter de se nourrir. “Le cerveau du requin est programmé d’une façon très spécifique. Le requin a une mauvaise vue mais est très sensible aux vibrations. Il se base dessus pour chasser. Les mouvements d’un surfeur sur sa planche dégageraient les mêmes vibrations que celles provoquées par un animal blessé ou une tortue de mer. Le requin peut alors penser que c’est une proie facile, et l’attaquer. Il viendra goûter mais ne comprendra qu’ensuite que ce n’est pas la proie recherchée. La plupart des attaques de requins sur l’homme sont seulement des morsures”, précise Vassen Kauppaymuthoo, océanographe et ingénieur en environnement.
Près des côtes.
Il faut savoir que la majorité des attaques de requins surviennent le plus souvent près des côtes. Le requin bouledogue (qui est à l’origine des attaques à La Réunion) ou le requin-tigre aiment se trouver dans les baies, près des embouchures de rivières. “Leurs proies y foisonnent. Et ce sont généralement des endroits où ils peuvent trouver des restes de poissons jetés par les pêcheurs, comme les têtes ou tripes de thon”, soutient Vassen Kauppaymuthoo.
En revanche, d’autres espèces de requins sont de plus en plus aperçues près des côtes, alors qu’ils préfèrent chasser en haute mer. “Les poissons pélagiques comme le thon ou la bonite, qui constituent les proies naturelles de beaucoup de requins, sont en train de disparaître. Selon les derniers rapports internationaux, les stocks de poissons se sont effondrés de 30%, et c’est la pêche industrielle qui en est la principale cause. De ce fait, les requins doivent s’approcher des côtes pour trouver de la nourriture, et des attaques peuvent survenir occasionnellement pour les raisons que j’ai mentionnées plus haut”, conclut Vassen Kauppaymuthoo.