Sur les 62 employés de la Universal Fabrics participant au Striking Ballot lundi au sein de cette compagnie, 61 se sont prononcés en faveur de la grève. La Fédération des Travailleurs Unis (FTU), qui n’a pas encore fixé de date pour celle-ci, déplore les conditions dans lesquelles s’est déroulé cet exercice.
Le vote avait pour but de connaître la position des travailleurs de cette usine sur le mouvement de grève. Regroupés au sein du Trade Union Consultative Council (TUCC), lui-même membre de la FTU, les employés ont en majorité décidé en faveur d’une grève au sein de l’usine. Ils déplorent le harcèlement exercé sur Nikesh Ladharoo, président du TUCC, par un supérieur du Laboratory Department. Pourtant, selon Atma Shanto, président de la FTU, la direction aussi bien que le ministère du travail sont au courant de cette pression exercée sur un représentant du corps syndical. « Mais cela n’a rien changé », a-t-il déclaré au Mauricien ce matin au téléphone. D’où l’exercice de vote de grève afin d’attirer l’attention de la direction sur les droits syndicaux de chaque employé et pour que, dans la foulée, cesse toute forme de harcèlement au sein de l’entreprise.
Prévu hier après-midi au sein de l’entreprise à Coromandel, le vote s’est déroulé devant l’enceinte du bâtiment. « Les portes étaient cadenassées et nous n’avons pu avoir accès à l’intérieur », fait comprendre Atma Shanto, qui ajoute que la direction n’avait néanmoins pas répondu à sa correspondance demandant la permission de mener cet exercice. « Nou finn fer nou striking ballot devan laport an prezans bann Supervising Officer minister Travay », précise-t-il, en déplorant cette « violation des droits syndicaux ». La FTU pointe également du doigt l’attitude du ministère du Travail. Dans une lettre envoyée ce matin aux autorités, Atma Shanto explique les circonstances de ce vote. « Representatives of the trade union and supervising officers have been shocked by the act and doing of the employer. The main gate of the factory was locked and several security officers were posted for sentry and all of us were refused access despite the trade union notified the general manager of the said ballot. (…) The federation des Travailleurs Unis have good reasons to believe that the act and doings of Universal Fabrics Ltd is clear infringement of Convention 67 and 98 of the International Organisations… » C’est pourquoi la FTU envisage de loger une plainte au Freedom of Association Committee de l’ILO. « Il est du devoir de l’État de garantir la bonne santé des droits syndicaux dans le pays », lance notre interlocuteur, en affirmant que le ministère du Travail a failli à sa tâche hier. La FTU communiquera incessamment la date à laquelle se tiendra la grève.