Dans le contexte du 44e anniversaire de l’indépendance et des 20 ans de la République, le Forum pour une nouvelle République et nouvelle Constitution a été convoqué pour ce dimanche 26 février. Ouvertes aux progressistes, socialistes, mouvements syndicaux ou encore citoyens engagés, les consultations devraient être orientées sur la base de principes fondamentaux comme le non-communalisme, les droits de l’homme pour tous, une démocratie participative, une justice économique et sociale et le respect et l’harmonie avec la nature et l’écologie.
Avec le passage du cyclone Giovanna la semaine d’avant, le forum avait été repoussé au dimanche 26 février. Le comité des initiateurs, composé de Rezistans ek Alternativ, Blok 104, MRU 2025, AWAKE (UoM), de la General Workers Federation, du Syndicat des Pêcheurs et du Centre for Alternative Research and Studies (CARES), avait au préalable convié les diverses organisations à présenter 10 délégués pour participer à cette rencontre d’une demi-journée, qui se tiendra au Lecture Theatre de l’Université de Maurice, Réduit.
L’un des principaux objectif du Forum est de créer un espace pour les progressistes, socialistes, syndicalistes, jeunes, les petits planteurs et pêcheurs, les femmes et autres citoyens engagés afin de développer des idées et des propositions communes sur la nécessité d’une nouvelle Constitution pour une nouvelle République. « The Forum is also being organised in parallel to the “consultation” of parliamentary political parties, who are discussing electoral and constitutional amendments while excluding people’s participation . The aim of the Forum is to create a people’s space for movements to also debate electoral reform, specially a non-communal one, within the broad framework of a new Constitution and a New republic », expliquent les principaux initiateurs de cette démarche.  
Dans les « draft proposals », cinq questions fondamentales relatives à l’avènement d’une nouvelle Constitution et d’une nouvelle république devraient être à la base des discussions.
En premier lieu, il sera question d’une République non-communaliste et laïque, éliminant toutes formes de communalisme dans la Constitution et le système politique. Dans cette thématique, les discussions seront orientées également sur une séparation des institutions de l’État et publiques de la religion et du socioculturel.
S’agissant des droits de l’homme, des propositions devront être faites pour l’inclusion des droits économiques, sociaux et culturels, tels qu’ils sont reconnus par les Nations unies dans leur Constitution. Les droits comportent notamment l’éducation, l’accès à la sécurité sociale, la santé, le logement, le droit de grève et droit au travail.
Au chapitre de la démocratisation de la société et de l’inclusion de principes de démocratie participative, le forum étudiera les propositions en vue « to replace the principle of communal representation within the political system by the principle of political representation, thus introducing a “dose” of proportional so as to ensure that all political currents are represented in the National Assembly ». Rendre les organismes publics plus démocratiquement responsables, être sous le contrôle permanent des Parliamentary Commissions et introduire des dispositions afin que les citoyens et les électeurs aient plus de contrôle sur le processus électoral et processus démocratique, par exemple en introduisant le principe d’un référendum sur des questions d’intérêt public, devraient aussi figurer sous cette thématique.  
En ce qu’il s’agit de la justice économique et sociale, les débats seront orientés vers les propositions « for the principle economic and social justice to be enshrined within the Constitution ; for economic and social justice, together with food sovereignty, energy security and water rights to be recognised as part of the main objectives of economic policy ; for the economy to be organised in accordance to human rights and the principles laid down above ; for the Constitution to recognise the right of access for each household to a plot of land of least 400 square meters for residential and sustainability purposes ». La nature et l’écologie seront aussi des sujets de discussion.
Les principaux initiateurs devraient se concerter dimanche au sujet des détails concernant la marche pacifique prévue pour le samedi 10 mars, soit à l’avant-veille du 44e anniversaire de l’indépendance et des 20 ans de la République. Les décisions telles l’heure et l’endroit exact devraient être entérinées lors des consultations.