Le vice-chancelier de l’Université de Maurice Konrad Morgan sera en congé prédépart à compter du 26 janvier, a-t-il confirmé au Mauricien ce matin. Avec ce départ, la Student Union demande à l’administration que le prochain vice-chancelier soit quelqu’un de juste, travailleur et qu’il ait une vision pour l’institution.
En soumettant sa lettre de démission au président du conseil d’administration de l’UoM, le Pr Soodursun Jugessur, le lundi 9 janvier, avec un mois de préavis, le vice-chancelier avait aussi demandé l’octroi de quelques jours de congé accumulés au cours de ces deux dernières années de service et auxquels il a droit. « Over the past two years I have accumulated holiday leave which I have been unable to take. In my resignation letter I had requested to be allowed to use some of my remaining unused holiday towards the end of my notice period to help allow me clear my affairs in Mauritius », soutient-il.
Le professeur Konrad Morgan a soumis sa démission à la suite du démantèlement du conseil d’administration de l’UoM qui a eu pour conséquence une annulation de la réunion du 22 décembre dernier, au cours de laquelle son plan de réforme devait être ratifié.
Au Mauricien, il devait avancer la raison suivante motivant sa démission : « […] Due to a combination of factors that I felt limited my ability to make further progress, I felt it appropriate to tender my resignation to make way for new Vice-Chancellor who can build on my work and further develop the institution ». Il dit sa reconnaissance d’avoir eu l’occasion de diriger l’Université de Maurice (UoM) au cours de ces 24 derniers mois. « It has been an enormous pleasure to be able to work with a great team at the University and in the last two years I believe that we have made some positive changes to the institution which will serve the basis for even greater progress in the future. »
Selon les déclarations des uns et des autres sur le campus, qu’ils soient du conseil d’administration, de l’entourage du bureau du registrar ou du syndicat du personnel académique (University of Mauritius Academic Staff Union), son départ est regretté. Le ministre de l’Education tertiaire, de la Science et de la Recherche devait abonder dans le même sens. Rajesh Jeetah soutient qu’il avait des réunions régulières avec le vice-chancelier « pour parler des policy matters » ; l’UoM étant un établissement autonome de par ses statuts.
Pour sa part, la Student union de l’UoM estime que c’est une perte pour l’université. « M. Morgan était une personne de proximité. Il a toujours été à l’écoute des étudiants. En tant que président, je l’ai connu pour peu de temps. Je lui ai proposé le projet que l’union a pour les étudiants, que ce soit en termes de loisir, d’amélioration des infrastructures… Il avait fait des suggestions. On est attristé par son départ et c’est une grande perte pour l’université », soutient Navish Fokeerah, le président de la Student Union.
Notre interlocuteur poursuit : « Au niveau de l’union nous réclamons que le prochain vice-chancelier soit une personne juste, travailleuse, impartiale, avec une vision pour l’université ». Navish Fokeerah affirme que l’union souhaite que les projets mis en chantier se poursuivent ; que les cours cessent « à l’intérieur de l’auditorium Octave Wiehe qui n’est pas équipé pour » ; que les cours cessent dans les espaces aménagés pour la détente ; que le campus soit agrandi pour répondre aux besoins du nombre croissant d’étudiants.