L’Université Populaire de l’Île Maurice lance sa cinquième année d’existence jeudi soir à la librairie spécialisée Le Jardin d’Épicure à Ébène. Les professeurs bénévoles et leurs sympathisants de toutes générations vont y découvrir le thème d’une série de conférences retenu pour 2011/2012 : « Quelle société pour une île durable ? » Les intervenants s’efforceront de dépasser le slogan aux allures de nouvelle croyance à la mode pour imaginer quelle consistance il pourrait prendre concrètement dans le monde d’aujourd’hui.
Les animateurs de l’Université Populaire de l’île Maurice (UPIM) entendent rappeler que la démarche du développement durable ne se limite pas – loin de là – à l’aspect écologique et aux espaces verts, autrement dit à cet environnement qui s’est considérablement transformé, si ce n’est dégradé, ces dernières décennies. Le concept d’île durable invite à regarder d’un autre oeil tous les aspects humains d’une société. Sont cités dans la présentation de ce programme : « les logiques économiques, les fonctionnements politiques, les inégalités sociales, les moyens dont disposent les plus démunis et les sans voix pour participer à ce chantier colossal ; l’éducation, l’un des principaux enjeux d’une île qui doit mettre en place une paix sociale durable ; les dysfonctionnements du secteur de la santé et tous les moyens qui peuvent être mis en place pour la prévention (santé, délinquance, corruption, etc). Durer, c’est aussi prévenir. »
Les premières conférences prévues sous ce thème sont notamment : « Les hiérarchies sociales : clans, classes, castes, races, ethnies » par Catherine Boudet, le samedi 29 octobre à la municipalité de Curepipe ; « Quelle éducation pour une île durable ? » par Belall Maudarbux, le jeudi 10 novembre toujours à Curepipe ; « Les enjeux environnementaux pour l’île Maurice de demain » par Bruno Carta, le jeudi 24 novembre à la municipalité de Port-Louis.
Les activités de cette université gratuite – ouverte à tous et qui ne vise qu’à promouvoir le plaisir d’apprendre, de réfléchir et de partager – démarrent le jeudi 13 octobre à la salle du conseil de Port-Louis avec la première conférence débat du professeur de philosophie Joseph Cardella.
Ce sera la première intervention d’une série sur les philosophies des Lumières, leur influences jusqu’à nos jours non seulement dans leurs aspects les plus reluisants, mais aussi dans leurs aspects obscurs. Suivra une intervention, le jeudi 20 octobre au même endroit, de Laurent Dubourg sur le journalisme citoyen et les citoyens journalistes… Le conférencier s’efforcera de définir ce journalisme citoyen à la lumière des révolutions arabes qui secouent le continent depuis le début de l’année. Aussi se demande-t-il ce que peut nous apprendre cette pratique journalistique.
La première séance du ciné philo donnera l’occasion de découvrir ou redécouvrir Agora d’Alejandro Amenabar le samedi 5 novembre au Rajiv Gandhi Science Centre. Au quatrième siècle après Jésus-Christ, la révolte chrétienne gronde à Alexandrie, dans une Égypte sous domination romaine. Réfugiée dans la grande Bibliothèque de la ville, la brillante astronome, mathématicienne et philosophe, Hypathie, tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles avec l’aide de ses disciples. Rachel Weisz incarne le rôle principal de ce film tout à fait poignant.