À ce jour, aucune décision n’a encore été arrêtée à l’Université de Maurice (UoM) s’agissant des examens de la fin de semestre. Selon nos recoupements d’informations, les étudiants de 1re et de 2e année n’auront pas à prendre part à leurs examens, contrairement à ceux de 3e année qui, eux, devront le faire dans une salle d’examen. Une décision qui, au sein de la communauté estudiantine, est loin de faire l’unanimité.

« Le sénat de l’UoM avait prévu la tenue des examens en juin. Mais avec l’extension de la période de confinement, cette décision devra être revue. Il se pourrait que les examens se tiennent en juillet, mais nous attendons encore un peu avant de prendre une décision », dit un membre de la direction de l’institution tertiaire. À noter que ces derniers attendaient la décision du Conseil des ministres de vendredi dernier afin d’y voir plus clair. Ce qui n’empêche pas, lance notre interlocuteur, que l’UoM avait déjà envisagé plusieurs scénarios. « Nous sommes dans une situation très incertaine et nous ne pouvons prendre aucune décision finale », dit-il encore.

Au niveau de l’Union des étudiants, la question des examens est suivie de près. Ainsi, les étudiants de 1re et de 2e année ont un « continuous assessment » remplaçant leurs examens courants, étant donné que ces derniers ont encore quelques semestres avant de finir leurs cours. Quant aux étudiants de 3e et de 4e année, ils ont été informés que des examens pourraient être tenus. Selon le vice-président, Mervyn Courtaud, des discussions ont lieu entre les membres de l’Union des étudiants et que, d’un commun accord, des solutions ont été proposées à la direction de l’UoM. « Nous lui avons fait part de nos propositions pour les étudiants en dernière année », dit-il.

Si la question des examens pour les étudiants de 3e année est loin d’être réglée, Mervyn Courtaud dit toutefois être en faveur de leur tenue, car ces derniers offriront, dit-il, « une crédibilité » au diplôme. « Nous représentons la prochaine main-d’œuvre du pays, et en participant aux examens, cela prouvera que nous avons les compétences pour cela », dit-il. Mais pour que ces examens se tiennent dans les meilleures conditions, il considère que l’université ne doit pas se précipiter. « Nous voulons que la direction de l’UoM propose un plan complet avec toutes les conditions sanitaires dans le cadre de ces examens », poursuit-il. Sans compter, selon lui, que l’UoM doit également prendre en considération le plan de déconfinement du gouvernement et s’assurer que les étudiants habitant loin de l’université ne soient pas pénalisés en raison d’un éventuel retard. « Si tout est pris en considération, l’UoM pourra alors tenir les examens », dit-il. Mervyn Courtaud dit aussi « saluer » les initiatives prises par l’UoM pour la poursuite des cours durant le confinement.