Michaël Atchia a récemment été fait Doctorate in Science par l’Université de Salford à Manchester en Angleterre. Un titre reconnaissant la contribution et les réalisations de ce Mauricien dans le domaine des sciences. Au cours d’une cérémonie officielle le 20 juillet à l’institution tertiaire anglaise, il est revenu sur son parcours de scientifique et de chercheur. Son premier ouvrage, Environmental Management, a été publié en 1995.
En étant fait Doctorate in Science, Michaël Atchia rejoint le peu de Mauriciens ayant obtenu ce titre, dont le premier a été l’ex-vice-Chancellor de l’Université de Maurice Octave Wiehe. Le Pr Martin, Hall, vice-Chancellor de l’Université de Salford, l’a qualifié lors de la cérémonie officielle de « Mauritian academic credited with establishing the field of education for sustainable development ».
Dans son acceptance speech, le scientifique a remercié tous ceux qui l’ont côtoyé et ont contribué à ce titre, en particulier l’Université de Salford. « A hall mark of Salford for which it deserves to be much better known and recognised is that we do not just search for and impart knowledge, but develop tools and instruments to implement that knowledge, tools and instruments of action for the benefit of mankind », dit-il.
Le Dr Atchia, accompagné de ses deux fils lors de cette cérémonie, est revenu sur son parcours à l’Université de Salford en tant qu’étudiant chercheur dans le domaine de Environmental Resources. « I wish here to pay homage to Dr Thomas for this. Indeed one of the lessons which I have retained in living for innovation is to readily recognise the innovation of others and support. » Le scientifique a aussi raconté comment lui était venu l’idée d’avoir un Nobel Prize Winner. Il avait alors envoyé une lettre en ce sens au journal The Times, mais son projet ne s’est pas concrétisé.
« We had to wait for the 21st century for that formidable lady (the late Pr Wangari Mathaii) as well as Al Gore to be awarded the Nobel Peace Prize, for work in the field of environnement, 40 years after that insignificant letter from a Salford student to The Times. Lessons here abound : you get a brain wave ? Refine it, share it, publish it. If someone proposes a good idea ? Go and see for yourself. As a responsible cadre go for the notion of the multiplier effect, i. e. replicate the idea, because as it expands to others new lessons are learnt. Finally persevere… Concrete results may well take a life time to appear », a déclaré le Dr Atchia. Le scientifique a par la suite fait un exposé des différents travaux entrepris durant ses études. Il a aussi fait état de ses réalisations dans le domaine de l’éducation et de l’environnement. Son premier ouvrage « Environmental Management » a été publié en 1995.
Le Dr Michaël Atchia a débuté sa carrière dans les années 60 comme professeur des Sciences au Royaume-Uni, au Nigeria et à Maurice. Il a fait des études à l’Université de Calcutta et au Chelsea College of Science and Technology avant de se joindre à l’Université de Salford dans les années 70 où il obtient un MSc et un PhD. Il a été entre 1974 et 1985 Associate Professor au Mauritius Institute of Education. Il s’occupait également de la formation des enseignants et du développement du curriculum.
En 1975, le Dr Michaël Atchia a été élu membre de l’Union internationale des sciences biologiques – le premier scientifique issu d’un pays en voie de développement à devenir le président international de commission de l’éducation de l’UISB. Il a rejoint le Programme des Nations unies pour l’environnement en 1986 et a été responsable des programmes de formation.
Après sa retraite de l’ONU, le Mauricien a assumé le poste de directeur du Bureau de l’éducation catholique (BEC) à Maurice, puis celui de conseiller auprès du ministre de l’Éducation. En 1990, le Dr Atchia a reçu le Tree of Learning Award de l’International Union for Conservation of Nature for Services to Environmental Education.