Le litige de l’union des étudiants de l’Université de Maurice contre l’augmentation des frais pour la remise de diplômes aux étudiants prend une nouvelle tournure. Après avoir manifesté vendredi leur mécontentement, l’union des étudiants prévoit une deuxième manifestation dans les prochains jours. La décision de la hausse graduelle des Graduation Fees avait été prise en 2015 et ne peut être infirmée sans consultation appropriée.
« Nous prévoyons une deuxième manifestation pour contester cette décision », dit Saahir Goolfee, président de l’union des étudiants à l’UoM. Il récuse la décision du Budget and Infrastructure Committee de l’ancienne direction de l’université, qui « avait décidé d’augmenter les frais de la remise de diplômes de Rs 1 100 à Rs 1 400 pour l’année financière 2016/2017 et de Rs 1 400 à Rs 1 800 pour 2017/2018 ». Il ajoute que « les frais ne peuvent dépasser Rs 500 par étudiant » et explique que le nettoyage à sec d’une toge et la collation offerte à trois personnes « ne coûtent que Rs 496 ». Saahir Goolfee fait ressortir que l’université paie de fortes sommes au service de nettoyage pour des heures supplémentaires après la cérémonie de remise de diplômes sans bien calculer. Ayant eu une rencontre d’environ une heure vendredi matin au bureau du vice-chancelier, Saahir Goolfee accuse ce dernier d’attribuer le blâme à l’ancienne direction. « Il a le pouvoir de changer cette décision, mais ne le fera pas pour que l’université engrange des profits », dit-il.
Saahir Goolfee, en compagnie d’autres étudiants, a pris rendez-vous ce matin au bureau d’un avoué pour demander une injonction contre cette décision qui, dit-il, affectera les étudiants qui seront incessamment diplômés. Il est d’avis que la direction de l’UoM « fait la sourde oreille » et que les étudiants n’ont d’autres choix que d’utiliser les moyens légaux. Si une deuxième manifestation est prévue, une grève de la faim sera le dernier recours de l’union.
Le vice-chancelier de l’UoM, Dhanjay Jhurry, a dénoncé ce matin au Mauricien le comportement de ces étudiants. « C’est un montage grossier des étudiants, qui créent une anarchie à l’université. C’est inadmissible de leur part », a-t-il dit, ajoutant qu’il ne détient pas le pouvoir d’annuler une décision qui a été prise au sein du Budget and Infrastructure Committee. Pour lui, la manière d’agir des étudiants est « un piège qu’on me tend ». Il reprend : « Cette décision a été approuvée en 2015 pour une augmentation graduelle en 2016/2017 et en 2017/2018. Cette décision avait été approuvée. » Selon le professeur, « les étudiants bernent les gens » alors qu’ils sont au courant de cette décision de l’UoM. Il souligne que le Statutory Committee du conseil de l’université a tout le pouvoir de prendre une décision au nom du conseil. « En tant que vice-chancelier, je n’ai absolument pas le droit de renverser une décision qui a été prise par le Statutory Committee du conseil », soutient-il.
Dhanjay Jhurry dit « n’avoir aucun problème » si les étudiants contestent cette décision. « Au lieu de faire toute une simagrée autour de cette histoire, qu’ils envoient leur demande au conseil », lance-t-il aux étudiants mécontents. Pour le vice-chancelier, les étudiants devront suivre la procédure car n’étant pas habileté à pouvoir prendre quelconque décision. Il dit avoir passé une heure avec les étudiants pour leur expliquer la décision, mais refuse qu’il ait fait un « walk-out », précisant que le papier pour l’augmentation de ces frais en 2015 avait été défendu par le Registrar de l’UoM. Le vice-chancelier ajoute avoir demandé aux étudiants d’envoyer leur représentant au conseil ainsi que leur demande pour qu’elle soit étudiée. Dhanjay Jhurry affirme que c’est au conseil de prendre une décision, soutenant n’avoir « aucun problème si le conseil renverse la décision de 2015 ». Pour lui, les étudiants font un « chantage grossier » alors qu’ils n’ont pas présenté leur demande au « proper channel ».
Par ailleurs, un e-mail a été envoyé aux étudiants pour leur expliquer la décision. Si du côté des étudiants, le nettoyage à sec des toges ne coûte que Rs 238, l’université explique que le coût est très élevé. Le “break-down” des coûts demandé par les étudiants pour les Graduation Fees était prêt lundi matin.