Les examens en droit seront repoussés d’un mois et auront ainsi lieu en octobre, au lieu de septembre. C’est ce qu’annonce l’université de Maurice (UoM) dans un communiqué émis par la direction du campus, qui précise que c’est à la demande des étudiants que la décision a été prise…
Depuis quelque temps, les étudiants ont en effet laissé entendre que du fait de la manière dont les cours sont dispensés, ceux qui prendront part aux examens courraient le risque de se retrouver face à une partie de questionnaire qu’ils n’auraient pas apprise. Ils avaient fait appel au chef-juge pour que des solutions appropriées soient trouvées. Et c’est dans cette optique que le juge Eddy Balancy, qui cumulait alors les fonctions de chef-juge pour suppléer à l’absence du chef juge Keshoe Parsad Matadeen, parti à l’étranger à titre privé, a pris l’initiative de convoquer une réunion pour passer en revue la situation.
Lors de cette réunion – où étaient présents les présidents du Bar Council, de la Law Society et de la Chambre des Notaires –, il a été décidé que les représentants de l’UoM devront soumettre au même comité, fixé pour ce 2 septembre, un rapport détaillé de la situation. Cette deuxième réunion sera cette fois présidée par le chef-juge et aura lieu probablement dans l’après-midi. Voici le communiqué émis par l’UoM :
« Les examens de droit ont été reportés pour octobre 2014, suite à une demande formelle des étudiants de l’UoM. La requête a été soumise à la faculté de Droit et Gestion de l’UoM pour que les examens prévus pour le mois de septembre soient repoussés d’un mois, une demande qui a été agréée par le Council for Vocational and Legal Education (CVLE). En outre, la direction de l’UoM tient à faire ressortir que, suite à un amendement à la Law Practitioners Act en 2011, les cours de droit destinés aux “prospective law practitioners” sont dispensés à l’UoM par des juristes chevronnés, notamment des juges, des magistrats et des Senior Counsels, recrutés par l’université. Le cursus et les examens sont, eux, élaborés et menés par le CVLE.
La demande de report des examens fait suite à une rentrée tardive des cours, au début de l’année 2014. “L’UoM et le CVLE ont agi dans l’intérêt des étudiants. Il est toutefois important de souligner que le cursus des modules obligatoires a été complété et que les étudiants suivent actuellement les sessions de révision”, précise la direction de l’UoM. C’est d’ailleurs pour aider l’apprentissage des étudiants et leur permettre de mettre en pratique les théories étudiées qu’une “Mock Court Room” a été aménagée sur le campus. Les sessions conduites dans cette “Mock Court Room” sont supervisées par les professionnels de haut niveau recrutés par l’UoM.
L’UoM ajoute qu’elle s’assure du bon déroulement des cours grâce au système de “Student Feedback” selon lequel les étudiants indiquent anonymement leur appréciation des cours dispensés, des chargés de cours et du cursus. Ainsi, les résultats du récent “Student Feedback” concernant le Law Practitioners Vocational Course n’indiquent rien de négatif par rapport à ces critères.
La direction de l’UoM juge “regrettable” que certaines informations erronées ont été rapportées, notamment en ce concerne l’expérience des juristes assurant les cours destinés aux “prospective law practitioners”. Au jeudi 28 août, l’UoM n’avait reçu aucune demande du chef-juge par interim pour s’expliquer sur ce dossier. »