La Student Union avec la collaboration de l’UoM Students Engineering and Science Society tient depuis hier sa career fair annuelle, destinée aux étudiants de la Faculté d’Engineering et de Science  qui terminent dans quelques mois leur cours dans divers domaines de l’électricité, de l’IT et de la mécanique, entre autres. Cette plate-forme est l’occasion pour les employeurs de ces secteurs de rencontrer les étudiants et de procéder à une sélection des meilleurs candidats avec des perspectives d’embauche.
Les étudiants de l’Université de Maurice et d’autres jeunes ont eu l’occasion durant trois jours de rencontrer une trentaine d’employeurs de différents secteurs. La Career Fair prend fin aujourd’hui. C’est pour la troisième année consécutive que la Student Union organise un tel événement qui se veut une plate-forme commune pour les employés potentiels et les jeunes qui vont bientôt recevoir leur diplôme dans le domaine de l’Engineering ou l’IT. Dans le passé, indique la Student Union, un certain nombre d’étudiants ont obtenu un emploi dans les entreprises qui y étaient présentes. Outre d’offrir la chance à ces jeunes de rencontrer des employeurs, souligne la Student Union, cette démarche leur permet aussi de se familiariser davantage avec le monde du travail et les encourage à avoir un contact direct avec les patrons. « Cela peut faciliter la transition du monde universitaire à celui du travail car il y a plusieurs cours qui ne donnent pas l’occasion aux étudiants de suivre un stage en entreprise et plusieurs n’ont dans ce cas aucune job experience ».
À l’auditorium Octave Wiehe, ces jeunes ont aussi eu l’opportunité de prendre connaissance des nouveaux métiers qui émergent. Trishan Chetty de GHF Futures qui se présente pour la première fois à la Career Fair de l’UOM indique que beaucoup de jeunes ne sont pas au courant de l’existence de cette compagnie et de ce qu’elle fait alors qu’ils peuvent y trouver plusieurs opportunités d’emploi. Il devait nous expliquer que ce genre de rencontre permet d’identifier les candidats ayant du potentiel. GHF Futures, une compagnie boursière, est à la recherche de jeunes talents pour devenir traders. Elle est née d’un joint-venture entre la Mauritius Commercial Bank (MCB) Capital Market et la compagnie G.H. Financials qui est parmi les leaders mondiaux du trading des produits dérivés. Ce groupe a des bureaux dans plusieurs pays, dont l’Inde, la Chine et Israël. GHF Futures vise principalement le marché européen. « Nous ne recrutons pas uniquement les diplômés en finance. Même avec n’importe quelle formation vous pouvez devenir trader », dit Trishan Chetty.
Depuis hier, les compagnies présentes ont reçu plus d’une centaine d’applications, qui seront maintenant étudiées par leurs départements des ressources humaines afin de recruter les candidats souhaités.
Pour les jeunes, c’est une occasion importante de rencontrer les principaux acteurs du monde du travail. « Souvent, nous ne savons pas vers quelle compagnie nous tourner. Cette plate-forme nous offre un guide dans nos démarches de recherche d’emploi », disent-ils. À noter que durant ces trois jours, plus d’une trentaine d’entreprises ont guidé les candidats à travers les emplois offerts et les ont conseillés sur leur choix de carrière. Parmi les entreprises et institutions présentes figuraient Consolidated Fabrics, State Informatics, State Bank of India, le National Computer Board, Le Ceridien, Total et Hewlett Packard, entre autres.
Présent lors de l’ouverture officielle de cette Career Fair, le ministre de l’Éducation tertiaire et de la Recherche a lancé un appel à la Faculté d’Engineering pour travailler de concert avec les établissements secondaires et le Rajiv Gandhi Science Centre. « I would like to invite these two Faculties and the students to go a step further by getting involved with and support initiatives that allow primary aged students to participate in science and technology. These activities should be designed to be fun and motivational, showcasing science and technology as part of everyday life and relevant to everyone », affirme Rajesh Jeetah. Ce dernier a par ailleurs énuméré les divers projets en cours pour encourager le développement de la recherche, de la science et la technologie dans le pays. Il a fait mention de la création d’une institution de technologie basée sur le modèle de l’Indian Institute of Technology et d’un Marine Science Department à l’UoM.