Dans quelques semaines, le Conseil de l’Université de Maurice sera appelé à élire un nouveau représentant des étudiants. Cette élection, une fois de plus, suscite des interrogations car l’année dernière, les étudiants avaient contesté le fait que le représentant soit vraiment un étudiant bona fide de l’UOM. Sa proximité auprès de l’administration et d’importants membres du Council n’est pas vu d’un bon oeil sur le campus.
D’après les règlements de l’UoM, un Student Representative doit être un bona fide student. Or, depuis l’année dernière, la représentation de Soobeersingh Dhunoo, connu comme Kenny, sur le Council suscite des interrogations, d’autant que jusqu’à présent, personne ne serait parvenu à déterminer s’il est en effet un étudiant bona fide. Or, cela fait bientôt huit ans qu’il est à l’université de Maurice.
Dans quelques semaines aura lieu une nouvelle élection du représentant des étudiants au Council, instance où les importantes décisions concernant l’institution sont prises. Compte tenu de la grande responsabilité qui repose sur le membre du Council, les étudiants souhaitent plus de transparence dans l’élection. À noter que le représentant des étudiants sur le Council ne doit pas nécessairement être un membre de l’Union mais doit impérativement être un étudiant dûment enregistré. Dans les milieux estudiantins, l’on indique toutefois que le représentant des étudiants, Soobeersingh Dhunoo, aurait terminé son part-time course MSc Marketing Management en décembre 2011 et aurait même participé par la suite à la Graduation Ceremony en mars de l’année dernière. Il s’est récemment inscrit à un autre cours à temps partiel, le PELT en Spanish Language.
À noter que la présence de Kenny Dhunoo sur le Council avait été au centre d’une polémique l’année dernière. « Il s’est une fois de plus débrouillé pour présenter une ID card, attestant qu’il est un étudiant part-time et la direction n’a rien fait », s’insurgent des étudiants. Ils considèrent inacceptable qu’un part-timer, qui travaille déjà et qui n’est présent sur le campus que quelques heures par semaine, soit élu en vue de défendre les intérêts des étudiants lors des réunions du Council. Selon eux, une fois qu’il termine une formation, Soobeersingh Dhunoo se débrouillerait pour s’inscrire à une autre afin de rester à l’UoM. Et, « cette obstination » à vouloir à tout prix rester sur le Council soulève des interrogations quant à sa proximité avec l’administration et d’importants membres du Council. Certains n’hésitent pas à le qualifier de « yes man » envers ceux qui sont à la tête de l’institution.
À noter que selon les statuts de l’UoM, tout le processus des élections pour le Student Representative tombe sous la responsabilité d’un Returning Officer, la responsable de l’administration centrale à l’Université de Maurice. Il arrive que la Registrar délègue cette tâche à un de ses assistants. Par ailleurs, les étudiants disent ne pas être surpris si Kenny Dhunoo est de nouveau élu mais insistent sur l’importance d’avoir un véritable représentant sur le Conseil, une personne qui soit constamment sur le campus et avant tout, disent-ils, « quelqu’un qui n’a pas son propre agenda ». À noter que Le Mauricien a maintes fois essayé d’obtenir la version de l’UoM sur cette affaire, mais la direction n’a jamais souhaité se prononcer.
Par ailleurs, Le Mauricien a également tenté d’obtenir la version de Kenny Dhunoo mais il n’était pas joignable. Au bureau de la Student Union, l’on affirme « que c’est difficile d’entrer en contact avec lui car il est rarement sur le campus ».