Avant même la rentrée, l’université de Maurice a décidé de ne pas offrir deux cours : le Bsc Textile & Fabric Design et le Bsc Fashion & Technology. Alors que l’administration de l’institution soutient que cette décision a été prise en raison d’un nombre insuffisant d’inscrits, des parents ont affirmé au Mauricien que « c’est le ministère qui a envoyé une lettre à l’UoM pour demander l’annulation de ces cours qui sont déjà offerts au Fashion and Design Institute ». Toutefois, ils refusent d’inscrire leurs enfants au FDI, dont disent-ils, « la crédibilité des diplômes dispensés a toujours fait débat ».
Ce n’est pas la première fois que l’Université de Maurice (UoM) annule des cours. Cette décision était prise après la rentrée universitaire lorsque le nombre d’étudiants requis par programme n’a pas été atteint. Or, cette fois elle a été prise bien avant la rentrée, alors que l’exercice d’inscription est toujours en cours. Selon nos informations, l’UoM aurait reçu cette année, environ 175 demandes de candidature pour les cours de Bsc Textile & Fabric Design et Bsc Fashion and Technology, dont 65 avaient opté en premier choix pour le Bsc Fashion & Textile. L’UoM pour sa part n’allait recruter que 35 étudiants. Cette situation prêtant à confusion, des parents se disent préoccupés : « Si l’institution est toujours en train d’envoyer des offer letters aux étudiants, comment peut-elle déterminer à ce stade que le nombre d’étudiants requis par programme ne sera pas atteint. » Après s’être enquis auprès du département concerné, ces parents ont appris que cette démarche fait suite à une lettre du ministère de l’Éducation tertiaire, envoyée à l’UOM, pour annuler ces deux cours. Et ce, en vue d’encourager l’inscription au Fashion Design Institute (FDI) qui assure déjà la formation dans les domaines fashion et textile. Malgré la clôture des inscriptions au FDI depuis le 30 avril, cette institution se dit en mesure d’accueillir d’autres étudiants.
Actuellement, certains de ces 175 étudiants sont en train de recevoir leur offer letter pour d’autres programmes de formation. Ces parents sont catégoriques, ils refusent d’inscrire leurs enfants au FDI, dont disent-ils, « la crédibilité des diplômes dispensés a toujours fait débat ».
Le Fashion and Design Institute, situé à Ébène, a été officiellement lancé le 16 septembre 2009. Si certains ont relativement bien accueilli ce projet de transfert, les étudiants en Textile & Fashion Design et en Fashion Technology de l’UoM se sont toujours montrés réticents. Le FDI intègre la School of Design de l’IVTB, le département du Fashion Textile de l’UoM et le Textile and Apparel Development Centre. La création d’un unique institut de formation vise à regrouper tous les étudiants de ce domaine sous un même toit. Toutefois, ceux de l’UoM ont toujours refusé d’être transférés au FDI, soutenant d’ailleurs dans une lettre envoyée au ministère de la Recherche à cette époque, que « moving to another institute from UoM will be unacceptable to us and is a significant downgrade and step backward ». La crédibilité des diplômes délivrés par le FDI, les facilités dont dispose l’institution ainsi que le personnel académique qui se chargera de ces formations seraient les raisons qui expliquent la réticence de l’UoM pour s’associer au FDI. « Au FDI, les étudiants auront à entreprendre un Higher National Diploma d’abord ; comment peut-on dire que c’est la même chose qu’à l’Université de Maurice ? On ne peut compromettre l’avenir de nos enfants ainsi », s’insurgent ces parents, qui se disent prêts à recourir à la justice.