L’Université de Maurice propose à la rentrée en janvier 2012 un Master in Public Health. L’idée d’offrir ce programme ne date pas d’hier et s’inscrit dans le cadre de l’ouverture l’année prochaine d’une école de médecine sous l’égide de l’université. Ce cours, d’une durée d’un an à temps plein, sera dispensé en collaboration avec la prestigieuse Imperial College de Londres.
Le Master en santé publique, qui sera proposé pour la première fois à compter de janvier prochain à l’UoM, vise à former par une approche multidisciplinaire des employés du secteur de la santé. Il a pour objectif de fournir une connaissance approfondie de la santé publique.
Cette formation est conçue pour les étudiants qui désirent poursuivre une carrière dans la pratique de la santé publique, la gestion et de la recherche au niveau national. Il offre une base de connaissances et compétences dans les principes et les méthodes du secteur.
Le Master en santé publique a été développé en étroite collaboration avec l’Imperial College de Londres. Les universitaires de cet établissement assureront de temps à autre l’enseignement de quelques modules. Le tout en concertation avec des chargés de cours de l’UoM. Le contenu du programme, indique-t-on, sera mis à jour sur une base annuelle. L’accent sera mis sur deux points spécifiques : le développement des compétences analytiques quantitatives pour la santé publique, l’épidémiologie et la santé des services de recherche, et les initiatives en santé mondiale, l’évaluation et l’élaboration des politiques.
L’introduction de ce cours traduit la volonté du ministère de l’Éducation tertiaire d’avoir plus de personnes qualifiées engagées dans la recherche sur la santé publique. Un comité national de recherche au niveau du Mauritius Research Council travaille aussi dans ce sens. Au terme de ce programme, les apprenants seront appelés à appliquer les principes essentiels des méthodes modernes de biostatistiques et utiliser les compétences quantitatives et qualitatives dans la pratique de santé publique. Cela concerne l’éthique, l’évaluation des besoins sanitaires, la vérification de l’équité de la santé, l’évaluation des politiques de services, la planification des interventions. Ils devront également développer des compétences dans la conception, l’analyse, l’interprétation et l’évaluation critique de la recherche sur les services épidémiologiques et de santé.
Compte tenu des exigences du programme, les candidats qui souhaitent s’inscrire au Master en santé publique doivent impérativement être médicalement qualifiés avec un MBBS, un MBChB ou l’équivalent. Sont aussi obligatoires : deux ans d’expérience en santé publique, administration de la santé, en santé professionnelle et environnementale, recherche clinique ou autres domaines liés.
Ce programme sera offert à temps plein pour une durée d’un an. Parmi les modules qui seront enseignés, l’on trouve la théorie et la pratique de gestion générale de la santé publique, l’épidémiologie et la biostatistique et les méthodes de services de santé. Le cours sera dispensé par la Faculté des Sciences dans un premier temps. Il bénéficiera ensuite de la collaboration de la Faculté de médecine de l’UoM, qui devrait voir le jour début 2012. Des démarches ont déjà été enclenchées pour aménager l’école de médecine dans un bâtiment à Bel Air. Ceux intéressés par le Master de santé peuvent d’ores et déjà s’inscrire.