« Le Pr Garrod n’a pas accepté. Le Council se réunira bientôt pour décider de la marche à suivre », a déclaré le Chairman du UoM Council, le Pr Soodursun Jugessur, hier après-midi après l’expiration du délai accordé au Deputy Vice-Chancelor de l’Université de Greenwich pour accepter le poste de vice-chancelier de l’UoM. Après plus de deux semaines de suspense sur celui qui serait à la tête de l’Université de Maurice, l’on sait maintenant que ce ne sera pas un étranger. Le Conseil se réunit de nouveau le 26 juin.
Le 31 mai, le Conseil de l’Université de Maurice avait choisi le Pr Neil Garrod en tant que vice-chancellor, et ce dernier avait jusqu’à hier pour accepter ou rejeter cette offre. Les raisons qui ont finalement poussé le deputy Vice-Chancelor de l’Université de Greenwich à décliner l’offre de l’UoM n’ont pas été communiquées. Au sein du campus de Réduit, « c’est une nouvelle en quelque sorte attendue ». Pour rappel, après le Pr Garrod, viennent les candidatures de Ramesh Rughooputh, de la Faculté d’Engineering de l’UoM, et du Pr Brian Lehaney de la Brunel University. Selon l’ordre de mérite, c’est Ramesh Rughooputh qui se verra offrir le poste. Il devrait aussi faire part de sa décision quant à l’offre du Council, qui se réunira de nouveau le 26 juin. Entre-temps, l’Acting Vice-Chancelier, le Dr Hussein Subratty, continuera à assumer ses fonctions.
La nomination d’un autre étranger à la tête de l’UoM après le départ du Pr Morgan avait provoqué un certain remous sur le campus. Certains se montraient favorables à cette décision, d’autres réclamaient la nomination d’un Mauricien plutôt. Le syndicat du personnel académique a ouvertement fait part de sa position dans une lettre adressée à la presse la semaine dernière. « UMASU is ready to collaborate fully with whomever eventually takes up the position of Vice-chancelor, be it Professor Neil Garrod or Professor Ramesh Rughooputh, provided that the offers are made in respect of meritocracy and according to the order of the list drawn up », avait-il écrit.