Le visiteur Dev Manraj avait pour mission de faire la lumière sur trois problèmes existants à l’UoM. Le rapport sur les étudiants de l’UOM Trust et les cours de pharmacie ont été soumis et les recommandations prises en compte. Le retard pour faire connaître le dernier rapport qui concerne la restructuration de l’institution n’est toutefois pas vu d’un bon oeil.
Les statuts de l’Université de Maurice stipulent par ailleurs que « the result of any enquiry held by the visitor shall be submitted to the Prime Minister who shall communicate it to the Council ». Les doyens, qui s’interrogent sur ce retard de deux semaines, disent craindre que les recommandations ne soient manipulées en avant la soumission du document au conseil.
De plus, certains estiment que Dev Manraj a déjà bouclé son travail sur l’UoM et l’a déjà soumis au Bureau du Premier ministre car il préside depuis le 5 février un autre comité.
Plusieurs décisions importantes prises au niveau du conseil d’administration de l’UoM, dont le recrutement des Pro-vice-chancellors, sont ainsi toujours gelées. De plus selon les statuts, l’institution doit impérativement avoir des Pro-vice-chancellors. Le fait qu’elle fonctionne sans serait donc illégal.
La nomination de Dev Manraj avait pour objectif de faire la lumière sur le problème de reconnaissance des diplômes des étudiants en pharmacie, et de se pencher sur d’autres problèmes, comme celui du UOM Trust dont la fermeture et le transfert des élèves n’ont toujours pas été décidés. Plus important, le projet de restructuration de l’UoM en vue d’élaborer un nouvel organigramme a été mis au placard à la grande déception du personnel. Le besoin d’un nouveau plan de restructuration se fait de plus en plus ressentir avec la hausse chaque année du nombre d’étudiants et d’employés, soutient-on.
L’enquête du Visitor concerne d’ailleurs le plan de décentralisation du Pr Soodursun Jugessur. L’absence de volonté des autorités pour réformer l’UoM a plus d’une fois été décriée, et ceux qui ont déposé s’attendent à ce que la situation se décante avec le rapport Manraj. Ils espèrent ainsi que ce document fera justice au plan de restructuration qui a été préparé en vue d’apporter du changement sur le campus et ce, après 40 ans.
Par ailleurs, est aussi attendu le rapport de l’audit de l’UoM qui est prêt depuis plusieurs mois et qui dort dans les tiroirs de la Tertiary Education Commission. Selon certains, ce document comporterait aussi des zones d’ombre…