À la suite d’un avis légal du State Law Office affirmant que l’UOM Trust, filiale de l’Université de Maurice créée en 2006, est illégale après des amendements apportés en 2009 à la Statutory Bodies Act de 1972, la Tertiary Education Commission (TEC) est catégorique : l’UOM Trust devra fermer ses portes. La direction de l’UOM Trust, pour sa part, réfute ces propos et n’envisage nullement de mettre fin aux cours dispensés. Toutefois, la TEC et l’Université de Maurice examinent en ce moment la question du transfert des étudiants vers l’UoM. Environ 300 jeunes sont concernés par cette situation. Pour le Dr Praveen Mohadeb, directeur de la TEC, quelle que soit la décision prise, « les étudiants devront terminer leurs cours ».
Dès la réception de l’avis légal, le ministère de l’Éducation tertiaire avait enclenché des démarches en vue de la fermeture de l’institution. Celle-ci avait été créée en 2006 par l’Université de Maurice (UoM) en tant que charitable institution en vertu de la UOM Act de 1972. Cependant, selon les amendements apportés en 2009 à la Statutory Bodies Act de 1972, aucune institution publique n’a le droit d’opérer ou de créer de filiale. D’où cette remise en question de la légalité de l’UOM Trust.
Si au niveau des autorités, l’on est catégorique sur le fait qu’une institution ne peut opérer dans l’illégalité, les trustees de l’UoM soutiennent eux qu’ils ont nullement l’intention de mettre un terme à leurs activités. Dans un communiqué, l’UOM Trust soutient que selon ses hommes de loi « the Trust is in fact legally constituted notwithstanding the amendment to the Statutory Bodies Act ». De plus, soutient-il, depuis sa création, il a grandement contribué au paysage éducatif du pays en lançant la Mauritius International Business School, en partenariat avec la Mauritius Employers’ Federation. Le UOM Trust a été par ailleurs la première institution à offrir un cours de LLM avec l’Université de Lancashire d’Angleterre. 105 étudiants ont déjà été formés.
Quoi qu’il en soit, l’UOM Trust sera appelé à fermer ses portes dans les jours à venir. Mais une question reste en suspens : qu’adviendra-t-il des 300 étudiants que l’institution accueille ? Malgré la décision de la TEC de ne plus accréditer les cours de la filiale de l’UoM, le directeur de l’UOM Trust d’avis, lui, qu’il ne faut pas pénaliser les étudiants. Après discussions, il a été convenu que l’Université de Maurice pourrait les accueillir. Le Conseil de l’UoM se réunit demain et le sort des étudiants et ce qu’il adviendra de l’UOM Trust seront connus en fin de semaine. Quoi qu’il en soit, rappelle le Dr Mohadeb, « nous devons prendre une décision qui ne pénalisera pas ces jeunes ».