Après qu’une étudiante a été diagnostiquée avec la tuberculose la semaine dernière, le ministère de la Santé a procédé au screening d’une quarantaine d’étudiants fréquentant le même cours hier à la Chest Clinic à l’hôpital Jeetoo. Les résultats seront connus dans quelques jours. À noter que lors des derniers examens à l’Université de Maurice en mars dernier, les résultats de l’étudiante en question étaient négatifs. Elle aurait contracté cette maladie depuis des mois sans le savoir.
En mars dernier, à la suite d’un incident sur le campus de Réduit, quatre étudiants issus du même cours étaient diagnostiqués comme ayant contracté la tuberculose. Pour s’assurer que le campus en entier ne soit pas à risque, le ministère de la Santé avait alors procédé au screening de plus d’une centaine d’étudiants de cette faculté. Les résultats étaient négatifs pour tout le monde, même pour cette étudiante qui est aujourd’hui admise à l’hôpital de Poudre-d’Or car elle a en effet contracté la tuberculose, et ce depuis plusieurs mois. Au moment du dépistage, indique-t-on, cette maladie chez cette fille ne s’était pas encore manifestée. Soulignons que la tuberculose est une maladie contagieuse. Comme un rhume banal, elle se propage par voie aérienne. Seules les personnes dont les poumons sont atteints peuvent transmettre l’infection. Lorsqu’elles toussent, éternuent, parlent ou crachent, elles projettent dans l’air les germes de la maladie, appelés bacilles tuberculeux. Il suffit d’en inhaler quelques-uns pour être infecté.
En l’absence de traitement, une personne atteinte de tuberculose évolutive peut infecter en moyenne 10 à 15 autres personnes en l’espace d’une année. Cependant, les sujets infectés ne font pas nécessairement une tuberculose. Le système immunitaire oppose un rempart au bacille tuberculeux qui, protégé par une épaisse couche cireuse, peut rester quiescent pendant des années. Les sujets infectés dont le système immunitaire est affaibli sont plus susceptibles de développer la maladie. En effet, au niveau de l’Université de Maurice, l’on explique que la maladie a pu se développer durant ces quelques mois car « l’UoM est actuellement en période d’examens et les étudiants sont quelque peu sous tension et ont le système immunitaire bas ».
Depuis le mois de juillet, la jeune fille est malade. Après plusieurs traitements qui se sont avérés vains, son médecin traitant l’a récemment référée à la Chest Clinic de l’hôpital Jeetoo où les médecins ont confirmé jeudi dernier qu’elle a bel et bien contracté la tuberculose. Depuis, le campus de Réduit a déjà préparé la prévention et a envoyé hier les étudiants de cette même classe faire un screening à l’hôpital Jeetoo. Au sein de l’UoM, on se veut rassurant : « La situation est sous contrôle, nous ne voulons pas créer de la panique, c’est peut-être un cas isolé ». En effet, pour éviter toute situation désagréable sur le campus, la direction de l’institution a donné des consignes strictes pour qu’aucune information sur l’identité de cette fille et du cours qu’elle suit soit communiquée dans l’établissement. Les résultats seront connus dans quelques jours. Une équipe du ministère de la Santé, indique-t-on, viendra à l’Université pour faire le reading, et il faut attendre quelques jours pour les résultats. Ceux-ci, même après plusieurs jours, ne sont pas concluants car chez certaines personnes, la maladie peut se développer après, bien qu’elle porte déjà le virus. « Nous suivrons la situation de près », soutient la direction de l’UoM.
Soulignons que selon l’Organisation Mondiale de la Santé 1,7 million de décès dus à la tuberculose ont été enregistrés en 2009. La Région africaine de l’OMS compte le nombre de décès le plus important. En 2008, l’incidence estimative de la tuberculose par habitant était stable ou en diminution dans les six Régions de l’OMS. Cependant le lent déclin des taux est compensé par la croissance démographique.