– « Deadline » pour le paiement des salaires fixé au 19 juillet.

Les ouvriers de l’usine Tex Knits sont au chômage technique. Après l’interruption de la fourniture d’eau et d’électricité, ils ont été autorisés par les administrateurs à rester chez eux. Entre-temps, ces derniers sont à la recherche d’un repreneur. Suite à une réunion au ministère du Travail, la date du 19 juillet a été fixée pour le paiement des salaires de juin.

Les 150 travailleurs de Tex Knits, usine appartenant à Bernard Maigrot sont toujours dans l’impasse. Ils n’ont pas encore perçu leur salaire du mois de juin, suite à leur rencontre avec les officiers du ministère du Travail la semaine dernière. Il nous revient que la date du 19 juillet a été fixée par le ministère pour le paiement des salaires. Convoqués par la semaine dernière, les administrateurs avaient, eux, demandé du temps pour avoir accès aux comptes afin d’avoir une meilleure idée de la situation. De même, ils disent être à la recherche d’un éventuel repreneur.

Entre-temps, les employés de l’usine, située à L’Escalier, ont reçu la visite du député de la circonscription, Bashir Jahangeer. Ce dernier a animé une réunion dimanche pour faire un constat de la situation et a promis de faire le suivi du dossier avec le ministre du Travail, Soodesh Callichurn. Sollicité à ce sujet, Bashir Jahangeer dit avoir abordé la question avec le ministre. « Il m’a expliqué que les travailleurs de Tex Knits n’ont pas encore été licenciés et que tout dépendra de savoir si les administrateurs pourront trouver un repreneur. J’ai personnellement insisté sur le fait que ces personnes aient au moins leur salaire de juin, car ils doivent vivre. »

Bashir Jahangeer a donné l’assurance aux travailleurs qu’il suivra le dossier de près. Concernant les ouvriers bangladais, qui étaient sans nourriture depuis plusieurs jours, ces derniers ont pu bénéficier de la générosité des habitants de la localité et de certaines organisations.

Ceux résidant à Vallée-des-Prêtres sont toujours dans une situation compliquée, le propriétaire du bâtiment les ayant sommé de vider les lieux, le loyer n’ayant en effet pas été payé depuis un certain temps. Ces ouvriers bangladais sont d’autant plus en situation de détresse. Des 82 ouvriers, une vingtaine veulent rentrer chez eux. Toutefois, il faudra attendre de trouver l’argent nécessaire pour les billets d’avion.

Rappelons que Tex Knits est la troisième unité de Bernard Maigrot à se retrouver sous administration judiciaire. Cela avait en effet déjà été le cas pour Tex Washing qui, depuis, a fermé. Tex Services, agissant dans le domaine du contrôle de qualité, a connu le même sort récemment, les licenciés menaçant d’entrer une action en cour. C’est maintenant au tour de Tex Knits de se retrouver dans la même situation. Les dettes s’élèveraient à plus de Rs 50 M. Les travailleurs qui avaient manifesté à Port-Louis la semaine dernière se disent prêts à descendre dans les rues si leur situation n’évolue pas.

Ces ouvriers bangladais sont d’autant plus dans une situation de détresse que, depuis dimanche, le CEB a interrompu la fourniture d’électricité, la facture n’ayant pas été payée depuis six mois par l’employeur. De fait, la nourriture qu’ils ont achetée ou reçue risque de se détériorer.