Après maints revers sur des précédentes motions de stay of proceedings, l’ancien ministre mauve Ajay Guness a présenté hier une nouvelle motion. Plusieurs questions ont été posées au Chief Investigator de l’ICAC sur l’arrestation de l’ancien ministre. Les travaux reprendront le 3 avril.
Ajay Guness, ancien ministre des Infrastructures publiques, et Dhaneshwar Soobrah, ex-directeur général de la Development Works Corporation, se sont présentés hier devant les magistrates Asha Ramano-Egan et Ratna Seetohul-Toolsee siégeant en instance criminelle de la Cour intermédiaire. Le Senior Counsel Me Ivan Collendavelloo, avocat du premier, a présenté une nouvelle motion d’abus de procédures. Cette fois-ci, c’est la façon dont Ajay Guness a été arrêté qui est contestée.
Il s’avère qu’en 2006, la Commission anticorruption a enquêté sur les allégations contre l’ancien ministre des Infrastructures publiques. Selon le chef enquêteur de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) Daniel Chung Yen, le Commissaire de Police avait refusé une première fois d’arrêter Ajay Guness suite à la présentation de l’ébauche d’accusation provisoire présentée par l’ICAC. La version des faits d’Ajay Guness n’avait pas encore été enregistrée.
L’ancien ministre mauve avait alors saisi la cour suprême afin qu’elle émette un ordre pour ne pas l’arrêter. L’affaire devait être appelée devant un juge le 1er décembre mais les policiers seraient allés au domicile d’Ajay Guness pour procéder à son arrestation. Un ordre spécial de la Cour suprême avait dû être sollicité afin que l’arrestation n’ait pas lieu avant l’audition.
L’ancien ministre est accusé de « using office for gratification » sous l’article 7 de la Prevention of Corruption Act (PoCA). L’ICAC, représentée en Cour par Chief Legal Adviser Me Kaushik Goburdhun assisté par le Senior Investigator Heerah, lui reproche de n’avoir pas respecté les procédures pour la rénovation de son bureau. Il aurait privilégié que le contrat soit alloué à Archinter Services.
Dhaneshwar Soobrah est poursuivi sous la même charge. En tant qu’ancien directeur général de la Development Works Corporation (DWC), il aurait usé de son pouvoir pour que le contrat soit alloué à Archinter Services. Il est défendu par le Senior Counsel Me Gavin Glover.
Les magistrates Asha Ramano-Egan et Ratna Seetohul-Toolsee ont ensuite ajourné la séance au 3 avril. La défense a encore des questions à poser au Chief Investigator de l’ICAC qui devra se présenter de nouveau à la barre des témoins.