L’artiste et professeur d’art Deepa Bauhadoor a animé un art camp à l’intention de 13 enfants âgés de 5 à 9 ans la semaine dernière à la demande de la directrice de l’école Kiddikids, Medha Gujadhur. Une activité qui, selon cette dernière, favorise le développement des plus jeunes.
À chaque vacance scolaire, la directrice de Kiddikids organise des ateliers à l’intention des enfants et des adolescents. Cela va des activités sportives, comme le tir à l’arc à l’art, à la danse en passant par le théâtre. Ces ateliers ponctuels ont pour objectif de permettre aux enfants de découvrir l’intérêt qu’ils peuvent porter à telle ou telle activité. De là, « ils pourront éventuellement se lancer dans une formation plus poussée », fait ressortir Medha Gujadhur. Kiddikids propose pour sa part des activités extrascolaires aux enfants pendant toute l’année.
La semaine dernière, 13 enfants se sont ainsi inscrits au programme d’art. Au Mauricien, Deepa Bauhadoor relate que le premier jour était consacré à une introduction à l’histoire de l’art. Et pour la partie pratique, les enfants ont fait du gribouillage. L’occasion pour chacun d’eux de constater ce qu’ils peuvent faire avant d’entamer un projet plus ambitieux, telle une fresque murale. Cette découverte du dessin s’est étendue sur deux jours où, avec le soutien de l’artiste, les enfants ont peint une image tracée sur le mur par celle-ci. « J’ai guidé les enfants sur les couleurs à utiliser pour peindre les différentes parties du dessin », dit-elle.
Le quatrième jour, Deepa Bauhadoor leur a ouvert les portes de son atelier. « Les enfants ont eu l’occasion de découvrir ce qu’est un studio d’artiste, ce qu’on peut y faire et ce qui ne peut pas être fait. Ils ont ensuite travaillé sur la reproduction de dessin et nous avons terminé le camp avec un “live painting” à Flic-en-Flac. » Pour le cinquième jour, sur la plage, l’artiste avait déjà tout organisé. « Quand les enfants sont arrivés, j’avais déjà installé les canevas et les tubes de peinture. Je leur ai demandé de peindre ce qu’ils voyaient devant eux. Cela s’est fait de manière spontanée. Ils se sont éclatés. Certains ont utilisé le sable et les graines de filao qu’ils ont collé sur leur canevas », soutient notre interlocutrice. Chef de département et professeur d’art à la SSS de Beau-Bassin, notre interlocutrice note que la différence entre les petits et les élèves du secondaire « est la spontanéité ». Elle ajoute : « Les plus grands ont peur. Il faut tout leur apprendre : les techniques, les couleurs, les formes… En revanche, les petits explorent spontanément. On leur donne le matériel et ils travaillent selon ce qu’ils voient et ce qu’ils ressentent. They are eager to venture out. On apprend beaucoup d’eux. C’est un tout autre monde que de travailler avec eux. C’est Wow ! »
Si Deepa Bauhadoor a l’habitude d’organiser des ateliers parents/enfants, en studio notamment, cet “art camp” était la première expérience du genre. « C’est à renouveler », confie-t-elle. La directrice de l’école Kiddikids, Medha Gujadhur, encourage quant à elle les parents à inscrire leurs enfants à ces ateliers car, selon elle, « cela favorise leur développement ». Elle développe : « Ils apprennent à se socialiser et aussi à mieux se concentrer sur une activité. Les ateliers de vacances, animés par des professionnels, sont ouverts à tous, et non seulement à ceux qui fréquentent le club sans le courant de l’année. » À noter qu’à l’issue d’une semaine d’atelier, chaque participant reçoit un certificat.