Une agression d’une extrême violence a eu lieu rue Couvent de Lorette, à Vacoas, durant la soirée de dimanche. Noël Madelon, 27 ans, a sauvagement tabassé et sexuellement agressé la mère et la grand-mère de son ami, chez qui il vivait. L’octogénaire n’a pas survécu à la violence de cet acte sordide, rendant l’âme le lendemain à l’hôpital de Candos.
Une soirée de beuverie a tourné au drame tard dans la soirée de dimanche. Yan Descombes, 47 ans, vit avec sa mère Dorty Beejoolall, 68 ans, et sa grand-mère Irlande Beejoolall, 86 ans, rue Couvent de Lorette, à Vacoas. Depuis quelque temps déjà, les trois hébergeaient Noël Madelon. Bien que leurs relations n’aient jamais été de tout repos, la soirée de dimanche avait bien commencé autour de quelques verres. Peu avant minuit, après avoir consommé des boissons alcoolisées, une violente dispute a éclaté entre Yan Descombes et Noël Madelon. Ce dernier s’en est pris au quadragénaire, lui assénant des coups de sabre au visage et sur plusieurs parties du corps, avant de faire subir des sévices sexuels à la mère et la grand-mère de son ami.
Irelande Beejoolall, violentée en tentant désespérément de se défendre, s’est évanouie. C’est Dorty Beejoolall qui a donné l’alerte aux officiers du poste de police de Vacoas, étant la seule des trois victimes à avoir suffisamment de force pour se tenir debout. Après l’arrivée de la police et du SAMU peu après minuit, tous trois ont été admis à l’hôpital Victoria à Candos. C’est de son lit d’hôpital que Yan Descombes a donné l’identité de son agresseur à la police et relaté les circonstances de cet acte de barbarie, menant à l’arrestation immédiate du suspect. Vers 13 h 50 ce lundi, Irelande Beejoolall devait rendre l’âme, l’autopsie pratiquée par le Chief Police Medical Officer Sudesh Kumar Gungadin attribuant son décès à de multiples blessures. Dorty Beejoolall, sans doute encore traumatisée par ce drame, a quant à elle quitté le centre hospitalier contre avis médical.
Noël Madelon a comparu devant la Bail and Remand Court de Port-Louis, hier, sous des charges provisoires de viol et de meurtre, avant de retourner en cellule. La reconstitution des faits a eu lieu au domicile des trois victimes aujourd’hui. Un officier de la Central Investigation Division (CID) de Vacoas en charge de l’affaire a confié au Mauricien que certains éléments de l’enquête restent encore à être finalisés et que plus d’informations seront communiquées ultérieurement.