Après l’arrestation des policiers Narain, Goomany et Auguste, le Central CID s’intéresse à un haut gradé pour son rôle dans l’escapade de Kusraj Lutchigadoo au Vacoas Detention Centre (VDC) dans la soirée du 23 avril.

C’est surtout la version donnée par l’inspecteur Balamba, responsable du centre, qui fait sourciller. Les hommes de l’ACP Devanand Reekoye trouvent étrange qu’il ait fait une demande pour rentrer chez lui plus tôt que d’habitude ce soir-là, laissant la gestion du VDC à ses subalternes. C’est le haut gradé qui lui a accordé cette permission, et il n’a envoyé aucun remplacement. Pourtant l’inspecteur Balamba s’était rendu sur son lieu de travail avant l’escapade du présumé trafiquant de drogue Kusraj Lutchigadoo, pour s’assurer que tout était en ordre. Les enquêteurs veulent absolument éclaircir ce point et estiment que trois policiers seulement ne pouvaient organiser la sortie d’un détenu. D’autres officiers qui étaient de service le soir du 23 avril devront expliquer pour quelle raison ils ne sont pas intervenus pour empêcher que le caporal Narain, seul, accompagne un ‘high profile detainee” à l’extérieur du centre de détention. En plus, ils n’ont pas rapporté à leur supérieur qu’un individu a pris place dans la cellule de Kusraj Lutchigadoo pour le remplacer. Ce qui pousse le CCID à croire qu’il y a eu complicité de plusieurs policiers dans cette affaire.

Pour rappel, trois policiers affectés au Vacoas Detention Center sont suspectés d’avoir permis au présumé trafiquant de drogue Kusraj Lutchigadoo, qui est en détention provisoire, de sortir de sa cellule et de quitter le centre de détention, dans la soirée du 23 avril. De plus, ils sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux, tels des boissons alcoolisées, de la part des proches de Kusraj Lutchigadoo.