Pour le dernier meeting de l’Alliance Lepep avant les élections, à Vacoas hier, sir Anerood Jugnauth, le leader de cette alliance, a affirmé que la population avait déjà fait son choix. « Le 11 desam, kok sante, soley pou leve e nou fer enn nouvo pei prosper », a-t-il déclaré. Appelant une fois de plus à ne pas « koupe-transe », il a avancé que « zot ena zis de swa : si ou dir non a la pouritir, pa bizin ena sinpati e met zero laba ek trwa isi ».
« Zordi se enn signal for ki la popilasyon pe dir zot lev pake ale », a déclaré SAJ au début de son intervention, à midi. Il a rappelé qu’en 2005, Navin Ramgoolam avait promis de changer la vie des Mauriciens en 100 jours et que, dix ans après, la situation des gens s’était détériorée. « Li finn fer ou lavi vinn enn lamizer nwar, me nou pou fer ou lavi vinn meyer. Zot pe perdi sa eleksyon la me zot ankor pe trouv rad-mare. Bérenger inn fini lapes li, li andeor delo e li pe ankor trouv rad-mare. Li pe koumans trouv mirak ! » Estimant que le bilan de Navin Ramgoolam « est de zéro alors que les statistiques démontrent que la population s’appauvrit », SAJ devait déclarer que « la Banque centrale a indiqué que la situation est comme une bombe à retardement ». Et de renchérir : « Le 10 desam bom la pou eklate e enn tsunami pou amenn zot andeor brizan ! »
Le leader de l’Alliance Lepep a également commenté certains propos de Paul Bérenger. « Si to ti enn travayis, to ti bizin ansam ek Ramgoolam depi komansman. Kifer to finn anbet militan ? Bérenger ti telman fin ki enn bout laviann inn atir li ». Il ajoute : « Bann militan ki ankor pe swiv Paul, eski zot pou swiv travayis ? Mo demann bann militan ki ankor pe swiv lot kote, swiv legzanp Kee Chong e montre ki zot ena disan dan zot lekor, reazir pou ou dinyite ! »
Sir Anerood Jugnauth a par ailleurs démenti des propos de Navin Ramgoolam selon lesquels il aurait refusé d’assister aux funérailles de Yasser Arafat en 2004, rappelant qu’à cette époque Paul Bérenger était Premier ministre et lui Président de la République. « Ce ne sont que des mensonges pour salir mon nom. Si c’était vrai, c’est Paul Bérenger en tant que Premier ministre du pays qui aurait dû me demander de me rendre aux funérailles de Yasser Arafat et non le Leader de l’opposition ». Il est d’avis que Navin Ramgoolam « aurait dû avoir honte de se montrer face à la population au lieu d’aller mendier des votes ».
L’orateur principal a également soutenu qu’il avait « éliminé le chômage de 100 000 personnes et avait fait venir des travailleurs étrangers » quand il était Premier ministre. Aujourd’hui, dit-il, Navin Ramgoolam abuserait du recours aux travailleurs étrangers « alors que des Mauriciens chômeurs auraient pu avoir du travail ». Il a une fois de plus mis en garde contre le recours à la violence pour intimider ses activistes et a fait un appel à la police. « Lapolis bizin fer so travay kouma bizin. Zot pena pou per parski apre le 12 Ramgoolam pa pou la e zot pena pou trakase ».
SAJ a promis de réaliser les mesures contenues dans le manifeste électoral de l’Alliance Lepep et annoncé l’ouverture de plusieurs commissions d’enquête pour faire la lumière sur les scandales qui ont frappé le pays, dont l’affaire de Roches-Noires. « Ar mwa pena kata-kata ! » Il a terminé son intervention en lançant un appel à ne pas éparpiller les votes.