Quelque 80 330 électeurs de Vacoas–Phoenix seront appelés demain à élire 18 conseillers sur une liste de 58 candidats. Après trois semaines de campagne, l’optimisme reste de mise dans les deux principaux blocs politiques. Ce qui ne les empêche pas de mettre les bouchées doubles à quelques heures du scrutin. Objectif : convaincre les indécis et, surtout, éviter le piège de l’abstention.
Quatre semaines de travail « sur le terrain ». La campagne électorale n’aura pas été de tout repos pour les candidats. Pour les municipales, les intéressés auront multiplié les sorties, que ce soit lors de réunions nocturnes, de congrès, de meetings et, même, de porte à porte. Cette dernière méthode apparaît en effet comme primordiale, car elle s’inscrit dans une logique de proximité, leur permettant d’aller à la rencontre des électeurs et, surtout, de les convaincre de l’importance de voter.
En 2005, pas moins de 72 207 électeurs avaient accompli leur « devoir civique », se prononçant majoritairement (à hauteur de 42,2%) en faveur des candidats rouges, qui s’étaient ainsi vu remettre les clés de la municipalité. Mais celles-ci sont remises en jeu cette année. Autant dire que l’élection reste évidemment ouverte. Raison pour laquelle les candidats des deux principales formations politiques ont, durant leur campagne, présenté leurs projets pour Vacoas-Phoenix. Une campagne qui se sera déroulée dans le calme, c’est vrai, mais aussi, il faut le reconnaître, sans susciter un réel enthousiasme. Pas suffisant, certes, pour entamer l’optimisme des participants, mais assez cependant pour les obliger à mettre les bouchées doubles, histoire de convaincre les indécis et, surtout, de les persuader d’aller voter, une forte abstention étant évidemment toujours à craindre.
Les partis du Remake 2000 ont animé leur dernière réunion, pour clore la campagne, jeudi à Glen-Park, alors que le leader du PTr, lui, était présent à la Croisée Diolle, à Vacoas, hier soir, le temps de passer « un dernier message » aux électeurs.
Les candidats, pour leur part, estiment que le travail est accompli. « Nous avons eu un retour positif. Nous estimons que les électeurs savent ce qu’ils veulent aujourd’hui », clament les candidats du PTr-PMSD. Du côté du Remake 2000, l’on affiche aussi l’optimisme, parlant même d’une « victoire écrasante » à Vacoas-Phoenix, ajoutant que « cette fois, il y aura du changement ».
Notons également la présence du Front Solidarité Mauricien (FSM) à Vacoas-Phoenix, parti qui présente neuf candidats dans les six wards. Le FSM aura toutefois misé sur la discrétion. Au programme : ni congrès ni meeting, mais une campagne de proximité, notamment par le biais de petites réunions dans les familles.   
Quel que soit leur parti, les candidats ont tous joué la carte du changement. Et du changement, Vacoas-Phoenix en a besoin, à en croire les habitants. En dépit de la construction de complexes sportifs et de l’aménagement d’un terrain de football, les citadins estiment en effet qu’il reste encore beaucoup à faire pour donner aux deux villes leur « juste valeur ». Autant dire qu’ils se montrent réceptifs aux projets avancés par les candidats, à l’instar de la construction de nouvelles facilités, l’amélioration du marché de Vacoas, ou encore l’aménagement de terrains de jeux et de parcs pour enfants.
Autant dire l’importance de se rendre aux urnes pour cette municipale. Une importante mobilisation est d’ailleurs prévue dimanche matin pour aider les personnes âgées à aller voter. Les dernières consignes ont été données pour que tout se déroule dans le respect et dans l’ordre dans les six wards de Vacoas-Phoenix.