Depuis hier soir, la Criminal Investigation de Vacoas et la Major Crime Investigation Team conjuguent leurs efforts en vue d’élucider le meurtre du policier Bernard Rousselin, âgé de 44 ans, affecté au poste de Rose-Hill. Cet ancien élément de l’escouade du défunt SP Prem Radhoa a été retrouvé égorgé sous un abribus près du Gymkhana Club, dans les parages du quartier général de la Special Mobile Force.
L’autopsie pratiquée dans la matinée aujourd’hui par le Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, attribue le décès du policier Bernard Rousselin à des suites de « stab wounds to the neck » avec une lacération de 9 centimètres de largeur et 5 centimètres de profondeur. Les informations disponibles dans le milieu des enquêteurs indiquent qu’il est fort probable que c’est un cutter qui a été utilisé pour commettre ce meurtre atroce. Depuis ce matin, les enquêteurs étaient à pied d’oeuvre dans les parages de cet arrêt d’autobus situé dans les environs du Gymkhana Club, Vacoas, en vue de retrouver l’arme blanche. Ces recherches ont bénéficié de la collaboration des éléments de la Special Mobile Force (SMF).
C’est au cours de ce même exercice que le portefeuille de la victime, qui a été visiblement fouillé, a été récupéré à 136 mètres de l’arrêt d’autobus où il a été égorgé et retrouvé dans une position assise. Il contenait la carte d’identité de Bernard Rousselin et sa carte bancaire. Aucune somme d’argent n’a été trouvée. À ce stade, les enquêteurs de la Criminal Investigation (CID) et ceux de la Major Crime Investigation Team (MCIT) n’écartent aucune piste y compris celle d’un vol qui aurait mal tourné compte tenu de ces premiers indices relevés sur la scène du crime.
Dans un premier temps, hier soir, après la découverte du cadavre avec cette profonde entaille au cou, les hommes de la Criminal Investigation de Vacoas devaient privilégier un règlement de comptes et appréhender un officier de police affecté à la Regimental Medical Unit de la Special Mobile Force. Ce premier suspect était impliqué dans une importante altercation avec Bernard Rousselin au point où il devait même consigner une déposition au poste de police de Vacoas pour des accusations « threat » et « damaging property » à l’encontre de la victime. L’ex-Radhoa boy faisait d’ailleurs l’objet d’un « warrant of arrest » la semaine dernière mais ce dernier avait complètement disparu de la circulation. Le suspect, qui habite le même police headquarters que Bernard Rousselin, a été longuement interrogé durant la nuit sans toutefois être inquiété davantage à ce stade de l’enquête. Il a été de ce fait autorisé à rentrer chez lui. Selon les indications disponibles, il se pourrait que ce meurtre ait été commis par plusieurs individus compte tenu de la corpulence de la victime. En fin de matinée, les limiers n’avaient procédé à aucune autre arrestation.
Les sources approchées au sein de la force policière présente Bernard Rousselin comme un élément très dévoué dans son travail mais qui a été accablé ces derniers temps par des déboires familiaux. Il vivait séparé de sa femme et son penchant pour l’alcool n’était un secret pour personne. D’ailleurs, l’endroit où il a été retrouvé hier soir est réputé à Vacoas pour être « enn baz bwar ».