La magistrate Manjula Kumari Boojharut, siégeant en Cour de district de Grand-Port, a trouvé Brando Colas coupable de « rogue and vagabond » en vertu de la section 28 (1) (f) et (2) du code criminel et de « damaging public property » en violation de la section 349 du code criminel. Le jeune homme était accusé d’avoir insulté des passants dans la rue et détruit un téléphone portable lors de son interrogatoire.
Brando Colas avait plaidé non-coupable et n’avait pas retenu les services d’un avocat. Les faits se sont produits en 2012. Le PC Adeline, affecté à Grand-Port a reçu une plainte d’une mère indiquant que son fils, Brando Colas, se comportait mal. Une fois sur les lieux, il a surpris  ce dernier insultant des passants. Le prévenu s’est montré grossier et menaçant envers le policier : « Mo pou kraz partou-la… Zot pa pou kapav aret mwa… » Brando Colas s’est ensuite réfugié dans la maison de sa mère. Mais une fois maîtrisé, le suspect s’est mis à insulter les badauds, qui entretemps se sont massés devant la maison. Les policiers avaient également relevé que plusieurs fenêtres de la maison étaient endommagées.
Brando Colas a été conduit torse nu au poste de police. Il avait des blessures sur le corps. Il a été menotté en vue de son interrogatoire. Le policier rapporte que le prévenu a donné une tape dans un téléphone portable de fonction qui se trouvait sur la table. Il aurait également agressé un officier.
Pour sa défense, Brando Colas a déclaré que se sont les officiers qui l’auraient agressé et insulté. Ils lui auraient dit qu’ils étaient protégés et qu’ils allaient retenir une fausse charge contre lui.
Concernant l’agression d’un officier, la cour a considéré qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves. La magistrate a toutefois retenu les charges de « rogue and vagabond » et de « damaging public property » contre l’accusé, considérant le témoignage des policiers convaincant.
Pour rappel, un prévenu trouvé coupable de « rogue and vagabond » risque une amende de pas plus de Rs 50 000 et une peine d’emprisonnement n’excédant pas 2 ans. En ce qui concerne la charge de « damaging property », le prévenu est passible d’une amende n’excédant pas Rs 25 000 et d’une peine d’emprisonnement n’excédant pas 20 ans.
La sentence de Brando Colas sera prononcée ultérieurement.