Suite à la déclaration du Premier ministre hier, selon laquelle faute de consensus entre les deux plus grands partis politiques du pays, il ne peut y avoir de réforme électorale, le Vaish Common Front (VCF) a lors d’un point de presse lancé un appel pour que les débats en vue d’une réforme se poursuivent. « Les débats ont été lancés. Ils doivent continuer ».
Interrogé quant à l’échec des pourparlers d’alliance entre le PTr et le MMM qui devait déboucher sur une réforme électorale, le président, Deenesh Patpur, devait déclarer : « Nous avons été un peu déçus. Nous pensions que la réforme allait suivre. » Une réforme du système est plus que nécessaire pour éliminer le Best Loser System, estime le VCF. Quant à une éventuelle Deuxième République, cette question ne devrait, jugent les membres, venir qu’après.
« Le VCF n’est contre aucune alliance si cette alliance est bénéfique au pays. Pourvu qu’il y ait une stabilité dans le pays ». Ainsi répond le président à la presse qui lui demande si le Front était en faveur d’une alliance PTr/MMM. Le VCF est toutefois « un peu déçu » suite à l’échec des négociations en vue d’une réforme électorale entre ces deux partis. Deenesh Patpur précise néanmoins que l’association est « apolitique et travaille avec tous les partis au pouvoir ». S’il y a eu échec, le VCF se dit confiant que le Premier ministre « apportera la réforme dès qu’il aura une majorité des trois quarts ».
S’agissant d’une éventuelle Deuxième République, le VCF est d’opinion que cette question devrait venir seulement après l’élimination du Best Loser System, changement qu’il juge plus prioritaire. « Il est hors de question qu’un président avec des pouvoirs accrus soit élu sans passer par le suffrage universel, surtout dans un pays comme Maurice où la question risque d’être très sensible. On doit bien faire attention », estime Mahen Sookun, secrétaire du VCF.
Le président du VCF devait auparavant féliciter le Premier ministre d’avoir présenté un Consultation paper en vue d’une réforme électorale. De toutes les propositions de ce dernier, le Vaish Common Front se dit en faveur de certains points et émet des réserves sur d’autres. Parmi ceux sur lesquels il se dit d’accord figurent le maintien du système First Past the Post (FPTP) ; la non-révision de la délimitation des circonscriptions ; l’élimination du BLS ; la représentation féminine au Parlement avec 33 % de femmes candidates sous la représentation proportionnelle et la double candidature.
S’agissant du seuil d’éligibilité aux sièges sous la représentation proportionnelle, le VCF dit approuver les 10 % car « si c’est en dessous de cela, les petits partis peuvent faire du chantage et cela ne sera pas bien pour la stabilité du pays ». Quant au nombre de sièges sous la RP, « la Commission Sachs avait préconisé 30 sièges. Carcassonne a trouvé que c’était trop car il y aurait alors 92 parlementaires. Sithanen a proposé 20. Le PM a proposé 16. Nous, nous sommes en faveur de 18 ».
Selon Deenesh Patpur, l’allocation de sièges sous la RP se pratique déjà à l’Assemblée régionale de Rodrigues. « Nous sommes pour que nous continuions avec ce système au lieu d’un autre système d’allocation de sièges à la RP ».
Le VCF est par ailleurs pour que la liste des candidats pour les sièges de RP soit publiée d’avance, « en ordre prioritaire et non alphabétique, cela dans la transparence. C’est l’électorat qui doit décider. Ce serait bon que le premier nom soit celui d’une femme ».
Abordant le BLS, Mahen Sookun a pour sa part estimé que le système « est dépassé ». Pour lui, « il y a urgence de le remplacer ». La communauté des Vaish, poursuit-il, « a toujours pris une position ferme contre le BLS qui a bien servir le pays au départ, mais il y a urgence de le remplacer. Le rapport Seetulsing, en 2000, avait montré que notre Constitution n’aide pas à bien déterminer les communautés ».
Concernant la Seconde République, « nous estimons que les discussions ont été un peu loin avec la question de division des pouvoirs entre le PM et le président de la République. Il faut d’abord procéder à une réforme, ensuite éradiquer le BLS et après réfléchir à une éventuelle Deuxième République. Nous avons un système westministérien qui a fait ses preuves. Il faut beaucoup de réflexion avant de le changer ».
Le VCF s’est par ailleurs prononcé en faveur d’un cadre légal qui viendrait réglementer le financement des partis politiques.