Le leader de l’Alliance Lepep, Sir Anerood Jugnauth, a demandé à la population d’utiliser son droit de vote à bon escient lors des élections du 10 décembre prochain. « C’est une très bonne arme entre vos mains qui peut vous aider à forger votre avenir et celui des générations à venir », a-t-il dit aux habitants de The Vale, lors d’un congrès nocturne hier.
Après avoir rappelé la lutte pour le droit de vote à l’époque coloniale, Sir Anerood a dénoncé ceux qui estiment que tous les politiciens sont pareils. « Leur cerveau est vide. Ce sont des poltrons qui se fient aux autres. Je leur demande de ne pas mener ce pays vers l’enfer. C’est ce qui se passera si vous ne savez pas voter », a-t-il dit. Il a poursuivi en rappelant la situation économique du pays dans les années 80 lorsque le gouvernement d’alors avait dévalué la roupie par 50 %. « Ou realize ki sa ve dir sa ? » dit-il, avant de parler de « pei pe nwaye dan det », de 100 000 chômeurs et de faux emplois. « Le gouvernement avait aussi créé de tels emplois ki nou apel ABC, Asize Bez Kas. Ce qui avait mené le pays à la faillite ».
Sir Anerood Jugnauth affirme que Sir Seewoosagur Ramgoolam avait appauvri le pays en l’attachant à la Banque mondiale et au Fonds Monétaire International (FMI) qui voulaient éliminer l’éducation et la santé gratuites, la pension universelle et les subventions sur le riz et la farine. « Paul Bérenger, en tant que ministre des Finances, voulait la même chose. Li ti pe les dimounn al mor de fin », a-t-il ajouté. Il soutient que c’est grâce au MSM qui a été créé à cette époque que le Welfare State a été préservé, « sinon sa pei la pa ti pou ekziste. »
S’agissant de la pauvreté, Sir Anerood a cité un récent rapport de la Banque mondiale selon lequel la majorité de la population, dont la classe moyenne, est en train de s’appauvrir alors qu’une poignée de personnes s’enrichit dans le pays. « La pauvreté frappe la population de plus en plus et le Gouverneur de la Banque de Maurice, Manou Bheenick, y voit une bombe à retardement pour le pays ». Commentant le projet de IIe République, il soutient que « si ou pa dakor avek sa, ou pena drwa vot enn sel kandida PTr/MMM ; demandez-vous plutôt quel parti pourra réaliser un deuxième miracle économique dans le pays ».
Pour sa part, Rubina Jaddoo-Jaunbaccus, candidate de l’Alliance Lepep au N° 2, et qui a vécu son enfance à The Vale, a fait les éloges de SAJ qui, soutient-elle, tient toujours ses promesses. « Il avait tenu parole en faisant de Paul Bérenger le Premier ministre du pays », a-t-elle rappelé. Au sujet de l’augmentation de la pension, elle a indiqué que Vishnu Lutchmeenaraidoo s’attaquera au gaspillage des fonds publics en tant que ministre des Finances et « lerla ou pou gagn ou pansion ». Sangeet Fowdar, candidat dans la circonscription N° 6, a parlé de « grand honneur » pour une femme, en la personne de Ameenah Gurib-Fakim, de devenir la première présidente du pays. « Ce n’est pas une politicienne mais une grande scientifique de renommée internationale », dit-il. Soodesh Ragoobar et Ashit Gungah, les deux autres candidats de l’Alliance Lepep dans cette circonscription, ont également pris la parole à ce congrès présidé par Arasen Kallee.