Elle a un timbre de voix qui ne laisse pas indifférent. Une voix soul et sensuelle, que la jeune chanteuse mauricienne Valérie Géry maîtrise parfaitement. Celle qui s’est établie en Australie partagera sa passion avec le public mauricien sur la scène de Big Willy’s le 15 décembre, en compagnie de son groupe, Manic City.
Que ce soit sur Jealous Girl, qui figure sur son maxi ou encore sur les paroles de Can’t take my eyes off you de Lauryn Hill, chansons qu’elle a interprétées spécialement pour nous lorsque nous l’avons rencontrée, on ne peut que se laisser séduire et emporter par la tessiture de la jeune femme, voix principale du groupe australien Manic City. Depuis qu’elle a rejoint Leo Damiani et Neal Denton au sein de cette formation musicale, il y a quatre ans, Valérie Géry a su se faire remarquer en Australie, où elle a tourné à plusieurs reprises. Avec le groupe, la jeune chanteuse retrouve également un public fidèle tous les vendredis et samedis soirs au Lion Club de Melbourne. “Nous jouons pour environ quatre cents personnes. C’est un truc de ouf’ que je vis chaque semaine.”
Look.
Valérie Géry n’a pas seulement une belle voix. Elle a également le look. Des piercings aux oreilles, une coupe de cheveux décalée, des bijoux noirs… La jeune femme ne se considère toutefois pas une rock star.
Du pop rock, agrémenté par une guitare saturée, à mi-chemin entre le sugar pop et le hard rock : c’est ainsi que Valérie décrit la musique qu’elle produit avec Manic City. Un registre qui ne ressemble en rien à ce que faisait la jeune chanteuse à ses débuts, aux côtés de ses parents, dans les hôtels de l’île. Avec son père, Clency Géry, l’interprète du célèbre Boum Boum, il semblait évident que Valérie allait s’essayer au séga. Mais au fur et à mesure qu’elle a pris goût à sa nouvelle passion, la jeune femme a senti le besoin d’évoluer, de passer à autre chose. D’élargir son répertoire musical.
Influences.
Celle qui a grandi au rythme des musiques de Frank Sinatra, de Tina Turner ou encore de Whitney Houston, choisit de se surpasser. Simply the best deviendra la chanson à laquelle on l’associera. “C’est une chanson qui m’est très chère. Elle est également une des préférées de maman. Lorsque je la chantais, je pensais toujours à elle.” The girl from Ipanema et Smooth Operator faisaient également partie du répertoire de Valérie Géry, qui était très influencée par la bossa nova.
Aujourd’hui, c’est la chanteuse Alicia Keys qui l’inspire. Jouant elle aussi du piano, Valérie se dit fascinée par la musicienne qu’est l’interprète de No One. “Je me verrai bien sur scène en train de chanter et de jouer du piano comme elle. Être aussi douée que cette chanteuse et composer d’aussi belles chansons qu’Alicia Keys.”
Jusqu’ici, Valérie Géry, qui avait été finaliste de l’émission Be the next Star en 2005, a eu l’occasion d’écrire la chanson Aapravasi Ghat et la version anglaise de Zis Pou Enn Minit. “Quand j’y pense, j’en suis vraiment fière. D’autant que pour la manifestation Just-a-minute (JAM) de la Brahma Kumaris World Spiritual University, la chanson avait été diffusée à Wembley, en Angleterre.”
Lara Fabian.
Parmi les autres moments forts qui ont marqué Valérie Géry, elle cite sa rencontre avec la chanteuse Lara Fabian. Valérie se produisait dans un hôtel, et la chanteuse québécoise, qui venait de donner un concert à Maurice, l’a remarquée. “Elle m’a félicitée et m’a encouragée à continuer sur cette voie. Je lui ai alors demandé de m’accompagner sur sa chanson, Tu es mon autre. Ce fut l’un des plus beaux moments de ma vie. Chanter avec Lara Fabian, c’était du lourd.”
C’est ce qui a provoqué le déclic et a poussé Valérie à s’envoler peu après pour l’Australie afin de poursuivre des études de musique. À la recherche d’un groupe pour continuer à vivre pleinement sa passion, la jeune femme a débuté au sein de Manic City comme seconde voix féminine. Son talent et sa détermination lui ont très vite valu le rôle de chanteuse principale.
Avec une quinzaine de chansons co-écrites avec Leo Damiani et Neal Denton, deux clips qui sont disponibles sur le net et plusieurs scènes en Australie en seulement trois ans, Valérie Géry a de quoi être fière de sa jeune carrière. C’est certain : cette jeune femme a du talent. Elle n’a pas fini de briller…