La série d’incendie se poursuit. Ce matin, c’est une partie de la colline Monneron qui a été le théâtre d’un sinistre, ravageant deux maisonnettes, l’une en tôle et l’autre en tôle et béton. L’incendie qui a éclaté vers 9 h 50 a fait un blessé : Yassin Sayed-Hossen, 48 ans, a été brûlé aux bras et à la jambe. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital. Un feu dans les herbes sèches de la montagne serait à l’origine de l’incendie des deux maisonnettes.
Les premières informations obtenues des sources de la caserne des pompiers de la capitale indiquent que l’incendie s’est déclaré vers 09 h 50 ce matin, sur le flanc de la colline Monneron, à Vallée-Pitot. Une maisonnette en tôle et bois a été complètement ravagée par les flammes alors qu’une autre, distante d’environ 15 mètres de la première, n’a été que partiellement endommagée. Mais Yassin Sayed-Hossen s’y trouvait.
Selon les informations glanées par Le Mauricien sur les lieux du sinistre, Yassin Sayed-Hossen dormait profondément. « Noun bizin lev li ek tir li depi lakaz-la », devait affirmer un des pompiers. M. Sayed-Hossen avait plusieurs brûlures aux bras et à la jambe. Les policiers présents sur les lieux se sont rapidement organisés pour le transporter d’urgence à l’hôpital Jeetoo dans un de leurs véhicules.
Cependant, pour les pompiers de la caserne de Port-Louis, sous la supervision du Divisional Fire Officer Dorsamy Ayacouty, il s’agissait d’une intervention des plus délicates. Les deux maisons étant situées sur un flanc de la colline, les chauffeurs ont été contraints de ranger leurs camions à environ 150 mètres du sinistre. Les pompiers ont alors dû déployer de grands moyens pour gravir la pente avec leurs équipements pour atteindre les foyers de l’incendie. Celui-ci a finalement été maîtrisé en une quinzaine de minutes.
Chez la famille Mussa, qui a perdu sa maison, c’est le désarroi. « Monn aprann la nouvel ver 9 h 55. Nou finn arive ver 10 h 10, bann ponpier ti deza la », nous témoigne Mohammad Taslim Mussa, le père de famille et propriétaire de la maison en tôle. « Deza mo pa travay, mo cardiak. » Mohammad Taslim Mussa devait également indiquer au Mauricien que hier « personn pa ti la (…), nou tou ti pe res kot mo garson pli en ba ».
Plusieurs badauds se sont massés sur les lieux. Parmi, Ally Sheikdawood, un habitant de la région, qui dit avoir appelé les pompiers ce matin. Il déplore cependant, ainsi que d’autres témoins, que ces derniers n’étaient munis que « de peu d’équipements » à leur arrivée sur les lieux.
En attendant les conlusions de l’enquête, l’on explique que l’incendie proviendrait d’un feu dans les herbes sèches qui se serait propagé jusqu’aux deux maisonnettes.