La traversée à pied d’un pont inondé par une rivière en crue à Vallée-des-Prêtres était particulièrement difficile hier pour des habitants qui voulaient rentrer chez eux. Devant l’ampleur de la montée des eaux, les familles ont dû utiliser une corde pour traverser le pont qui les mène jusqu’à leurs maisons. Elles reprochent aux autorités de faire la sourde oreille au sujet de ce pont qui est régulièrement submergé par les eaux et réclament l’aménagement d’infrastructures adéquates.
Scène particulière hier à Vallée-des-Prêtres. En début d’après-midi, la rivière qui passe sous un pont situé dans une ruelle près du garage Apollo a quitté son lit, inondant celui-ci. Or, quatre familles doivent le traverser pour rentrer chez elles.
Cela fait plusieurs fois que ce pont est recouvert par les eaux. Les habitants ont alerté les autorités et députés à plusieurs reprises mais rien a été fait, disent-ils. Hier, à nouveau, de grosses averses ont entraîné la crue de la rivière, dont les eaux boueuses ont rapidement submergé le pont. Les branches et autres détritus de la rivière ont gêné le passage de l’eau, rendant davantage le pont impraticable et la traversée à pied risquée. Les riverains ont dû faire preuve de débrouillardise ; à l’aide d’une fourche, un homme a tenté de déblayer les branches entassées mais des eaux devenues tumultueuses l’ont contraint à abandonner.
Un père de famille, prévoyant la situation, a attaché une corde aux deux extrémités du pont pour aider les personnes à regagner leur domicile. Il est près de 15 h lorsque Le Mauricien est arrivé sur les lieux, au moment où les enfants rentrent chez eux après les heures de classe. Le père de famille précité ramène sa fille et son fils adolescent de l’école et projette de traverser le pont. Confiant qu’il arrivera à traverser, il ne cesse de répéter : « Delo pou baissé la ». Mais l’eau n’a jamais baissé. En à peine quelques minutes, le niveau d’eau a doublé, voire triplé, rendant la traversée encore plus difficile. Et il n’y a pas d’autre passage. Sous le regard plein d’appréhensions des voisins, ce père courageux traverse le pont. « Trap lakord-la for », lancent les habitant à l’adolescent. Le brave père parviendra finalement à faire traverser ses enfants, non sans beaucoup d’efforts et de précautions, car comme l’a fait remarquer une habitante, une branche cachée par l’eau boueuse aurait pu leur faire perdre l’équilibre, et la force des flots les emporter.
« Tou le temps ena sa problem-la », témoigne une mère de famille habitant dans la ruelle près du garage Apollo. Sa cour, comme celles de ses voisins, s’est retrouvée inondée par la rivière en crue. Dans une cour située à côté de la rivière, l’eau a atteint un tel niveau que les chiens du propriétaire devaient nager dans les eaux boueuses. Les habitants disent avoir à plusieurs reprises sollicité l’intervention des députés ainsi que celles des autorités concernées pour que des infrastructures adéquates soient aménagées pour contenir les inondations. « Bizin ena mort pour ki otorite konpran ki bizin fer kitsoz », lance la mère de famille.