Intervenant jeudi à la Vallée de Ferney, à Vieux-Grand-Port, lors d’une cérémonie protocolaire marquant un lâcher de pigeons roses (aussi connus comme “pigeons des mares”), le ministre de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire Mahen Seeruttun a fait un vibrant plaidoyer pour la préservation commune de notre biodiversité. Les autres intervenants se sont félicités de ce partenariat entre les secteurs public et privé à travers le Vallée de Ferney Conservation Trust.
 Ce nouveau lâcher porte à 150 le nombre d’oiseaux endémiques de plusieurs espèces qui survolent désormais la Vallée de Ferney.
Au-delà de la réintroduction d’espèces endémiques et du lâcher d’oiseaux, ce projet se concentre également sur la conservation de la forêt, la culture et la propagation des plantes endémiques et indigènes, la recherche scientifique sur les plantes rares ainsi que la sensibilisation.
Arnaud Dalais, président du Vallée de Ferney Conservation Trust et de CIEL Ltd, s’est pour sa part félicité du succès du Conservation Trust et a exhorté l’assistance à utiliser ce succès « comme un puissant moyen de sensibiliser la population mauricienne quant à la protection de l’environnement ». Et de poursuivre : « La Vallée de Ferney est le véhicule idéal et tangible pour éduquer les visiteurs sur l’importance de prendre soin de la nature qui nous entoure. Nous ne pourrons prétendre à la préservation de notre île qu’à condition d’agir tous ensemble. »
De son côté, le responsable du projet, Vikash Tatayah, directeur de la conservation de la Mauritian Wildlife Foundation, a indiqué que sa fondation se réjouit de « cette vision commune pour la conservation, l’éducation et l’écotourisme, qui s’est développée à Ferney, à l’époque où une autoroute devait être construite en plein milieu de la forêt endémique, et qui n’a cessé de s’étoffer depuis ».