Photo illustration :ARTYOM GEODAKYAN / TASS

Une retraitée de 68 ans, résidant Cité Boulevard Hugon, Vallée-Pitot, ne s’attendait pas à ce que sa voisine, qu’elle traitait comme sa propre fille, selon ses dires, lui vole ses économies et ses bijoux. Nawsheen H., âgée de 29 ans, a en effet fait croire à la victime qu’elle « faisait face à un problème financier » alors qu’elle profitait de la situation pour se faire de l’argent facile.

Dans une déposition consignée à la police de Vallée-Pitot durant le weekend, la sexagénaire a dit connaître la suspecte depuis le début de l’année. Au fil des semaines, la jeune femme est devenue une habituée de la maison, la plaignante l’appelant même « mo tifi ». Mais en février dernier, la jeune femme s’est rendue au domicile de la sexagénaire se plaignant de douleurs au ventre. Elle lui a alors demandé de lui faire un massage. Plus tard, la retraitée s’est rendue aux toilettes, laissant la suspecte seule. Le lendemain, la sexagénaire a alors noté la disparition de bijoux en or – soit une chaîne, quatre bracelets, deux bagues et deux paires de boucles d’oreilles –, qu’elle conservait dans sa chambre à l’étage de sa maison.

La victime a immédiatement pris contact avec Nawsheen H., qui a avoué avoir pris les bijoux car devant assister à un mariage, promettant ainsi de les rendre quelques jours plus tard. Mais une semaine plus tard, la jeune femme a réclamé Rs 16 000 à la retraitée pour qu’elle lui rende ses bijoux, somme que la victime lui a remise. En plusieurs occasions, la suspecte s’est plainte auprès de la sexagénaire, soutenant qu’elle faisait face à des problèmes financiers.

Voulant aider sa « fille », la victime lui a alors remis Rs 45 000 en quatre tranches. Jusqu’à ce que, vers fin mars, elle se rende compte que ses deux cartes bancaires avaient disparu. En s’enquérant auprès de sa banque, elle a appris que son compte a été vidé à son insu. Une somme de Rs 24 500 avait été créditée sans son consentement. La plaignante a vite compris que c’était sa voisine qui était derrière cet acte. Elle lui a alors demandé à plusieurs reprises de lui rembourser la somme escroquée, de même que ses bijoux.

Le préjudice subi est estimé à Rs 235 000. Las d’attendre, elle a fini par rapporter l’affaire à la police. L’équipe du sergent Ruman de la CID de Port-Louis Nord a pris le dossier en main pour enquête. Elle a appris que Nawsheen H. avait des antécédents dans deux cas d’escroquerie, dont l’un remontant à février 2017. Celle-ci était en liberté conditionnelle. Les hommes du surintendant Shyam Bansoodeb l’ont appréhendée dimanche et l’ont soumise à un interrogatoire serré. Elle a été présentée lundi au tribunal de PortLouis, où une accusation provisoire de “swindling” a été logée contre elle.

Entretemps, les enquêteurs comptent solliciter l’aide de la banque en question pour visionner les images des caméras placées sur les guichets automatiques afin de déterminer qui a fait des retraits avec les cartes de la sexagénaire.