Après avoir longtemps nié catégoriquement avoir agressé physiquement le jeune Florent Jeannot, le samedi 4 mai, suite à un accident de la route à Sodnac, l’ex-Attorney General, Yatin Varma, a été irrémédiablement rattrapé dans cette affaire par ses propres initiatives. En engageant des contacts avec la famille Jeannot par le truchement de tierces parties pour conclure un deal en vue de ne pas nuire à sa carrière politique, Yatin Varma a récolté des dividendes complètement contraires quand les dessous de ces tractations ont éclaté au grand jour. Mardi, il a dû soumettre sa démission du gouvernement et très bientôt l’ex-Attorney General devra vivre avec une inculpation provisoire de “Conspiracy to Pervert the Course of Justice” pesant sur lui. Une autre victime collatérale, l’ancien Private Parliamentary Secretary (PPS) Reza Issack, a déjà été sanctionné avec le même délit provisoire et a dû soumettre sa démission dans la journée de vendredi. Le troisième homme, Maurice Allet, président de la Mauritius Ports Authority (MPA), en mission officielle en Europe, ne pourra échapper au même rite initiatique du Central CID dès qu’il rentre au pays avec la démission de son poste exigée au plus haut niveau de la hiérarchie politique. Le financier de Yatin Varma, l’homme d’affaires, Raj Ramrachia, devra également intéresser le Central CID pour compléter le premier carré du  Varmagate.
Toutefois, dans l’immédiat, la principale préoccupation, aussi bien sur le plan de l’enquête policière que sur celui de la politique, est d’établir le Missing Link entre Maurice Allet et Yatin Varma pour cette mission à haute tension. D’aucuns affirment que c’est une question à Rs 5 millions, vu l’absence d’affinités directes et tangibles entre ces deux personnalités politiques, dont un venant du sérail travailliste et l’autre de la basse-cour des bleus.
A ce stade, très peu de renseignements sont disponibles au sujet de la personnalité qui aurait pu faire le lien entre Yatin Varma et Maurice Allet pour ramener la famille Jeannot à de meilleurs sentiments dans cette affaire. Probablement, le prochain interrogatoire du président de la MPA sous caméras à la Major Crime Investigation Team (MCIT) en début de semaine pourrait apporter un début de réponse à cet aspect crucial du complot allégué d’entrave à la justice.
“Quel est l’intérêt du président du PMSD d’intervenir en faveur d’un ministre travailliste au risque de mettre sa réputation en péril à une période où les relations entre le PMSD et le Parti travailliste au sein du gouvernement n’étaient pas au beau fixe ? La sympathie pour Yatin Varma avancée par Maurice Allet n’explique pas tout. Autant que nous sachions, le président de la MPA ne côtoie pas quotidiennement l’ancien Attorney General au point d’être autant réceptif aux états d’âme de ce dernier”, indique-t-on dans des milieux politiques avertis.
Dans la conjoncture, il est presque probable qu’à part des spéculations, très peu d’éléments irréfutables émergeront pour pouvoir démasquer le lien manquant entre Yatin Varma et Maurice Allet. Néanmoins, ce dernier devra surmonter de nombreux obstacles pour convaincre les limiers du Central CID qu’il s’est jeté dans ces négociations de manière aussi désintéressée qu’il le prétend.
Les enquêteurs de la police devront acculer le président du PMSD pour savoir qui sont ces contacts qui étaient au courant de la mise en oeuvre et du déroulement de ces négociations en vue “de sauver la peau politique” de Yatin Varma. Il pourra difficilement contredire des confidences partagées avec Mario Jeannot à l’intérieur du Montmartre, Rose-Hill, au début de juin.
“Rod kass dan sa zafer-la”
“Même Xavier ine téléphone mwa. Linn ine dir mwa fer atansyon ena trop buku kozer dehors. Xavier bien kontant twa li. Li dir mwa guette ène kut ki sa bann koze pe koze deor là”, aurait avoué Maurice Allet pendant sa conversation avec Mario Jeannot.
En mentionnant le nom du vice-Premier ministre et ministre des Finances dans cette affaire, Maurice Allet a entraîné également un dénommé Bala, soupçonné de “rod kass dan sa zafer-la”. Le dénommé Bala, présenté comme très proche de Xavier-Luc Duval, aurait même fait le va-et-vient entre Yatin Varma et Mario Jeannot. Le chiffre de Rs 5 millions, mentionné dans cette enquête, émanerait de ce même Bala, qui sera entendu par le Central CID lors d’une étape subséquente.
Dans ce premier carré du complot pour entrave à la justice, la police soupçonne que le dénommé Raj Ramrachia, homme d’affaires avec de solides connexions  en Afrique du Sud devrait être en mesure d’aider à élucider l’imbroglio de la Varmagate. En effet, dans un message posté sur le Facebook de Florent Jeannot en date du 8 juin, période cruciale lors des tractations, le dénommé Raj Ramrachia avait écrit “Call me when you have a minute please… “, avec un numéro de téléphone spécifique mentionné.
Les hommes des ACP Vuddamalay et Jangi veulent établir le lien entre ce message posté sur Facebook à l’intention de Florent Jeannot et la proposition présumée de Yatin Varma aux Jeannot que le montant agréé pour le deal allait être versé en Afrique du Sud en prenant contact avec un dénommé Raj. Dans sa déposition au Central CID, mercredi, Mario Jeannot avait déclaré “ine dire nou pou bizin alle l’Afrique du Sud pou alle prand larzan. Pou bizin alle zwen ène dimoune appelle Raj.”
A ce stade de l’enquête, la police procède au visionnage des enregistrements des caméras de surveillance dans l’enceinte de la MPA du 20 mai dernier. Maurice Allet aura de grosses difficultés pour justifier les raisons pour lesquelles les procédures de sécurité n’auront pas été respectées à cette occasion. Aucune entrée quant à la présence de Mario Jeannot ou de Yatin Varma n’a été enregistrée dans les livres de la MPA. Une demande d’accès aux caméras installées dans l’enceinte du Mauritius Turf Club a été formulée aux autorités compétentes pour les besoins d’enquête.
L’existence des enregistrements de ces caméras et les détails des rencontres menées par Reza Issack constituent la base du Credibility Test subi par Mario Jeannot jusqu’ici dans cette affaire même si lors de la suite de l’interrogatoire, vendredi après-midi, Reza Issack a porté des accusations d’extorsion au préjudice de Yatin Varma par les Jeannot.