Avec la nouvelle tournure dans l’enquête du Central CID sur le VarmaGate pour le délit d’entrave à la justice, la version de l’ancien Attorney General Yatin Varma s’annonce cruciale pour le Senior Adviser au Prime Minister’s Office et directeur des communications du chef du gouvernement, Subash Gobine. Mais à ce stade, aucune indication n’est disponible quant à la date où Yatin Varma sera interrogé Under Warning par les hommes des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi. Ce développement est tributaire de l’état de santé de l’ancien ministre du gouvernement.
Pour le second jour consécutif, le président du PMSD et président en instance de départ de la Mauritius Ports Authority (MPA), Maurice Allet, qui est arrivé aux Casernes centrales dans la voiture officielle de la MPA et Chauffeur-Driven, a été entendu formellement au Central CID. Il a comparu devant le tribunal de troisième instance de Port-Louis à la mi-journée en vue de son inculpation provisoire pour le délit de perverting the course of justice et sa remise en liberté sous caution.
Maurice Allet a eu à verser une caution de Rs 20 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 100 000 pour retrouver la liberté. Ses conseils légaux, Mes Antoine Domingue et Nanda Kistnen, ont présenté une motion pour que les charges soient rayées contre lui. La motion sera débattue en Cour le 11 juillet.
Avec la consigne répétée du commissaire de police, Dhun Iswar Rampersad, à l’effet que tous ceux dont les noms auront été cités dans le VarmaGate seront interrogés par le Central CID, le Senior Adviser au Prime Minister’s Office demeure suspendu à la version des faits de Yatin Varma au sujet du contact initial avec Maurice Allet. Lors de son interrogatoire, hier matin, le président du PMSD a soutenu que l’ancien Attorney General lui avait déclaré que suite au conseil de Subash Gobine, il était venu le voir en vue de tenter une médiation avec des membres de la famille Jeannot.
Sur la base de ce détail, l’une des priorités des enquêteurs du Central CID est de consigner la Corroborative Evidence de Yatin Varma pour décider de la marche à suivre. En cas de confirmation de l’ancien ministre travailliste, la police n’aura d’autre choix que de convoquer ce Senior Adviser au PMO aux Casernes centrales pour être confronté à cet élément en vue d’établir tout éventuel axe Varma/Gobine. Les enquêteurs de la police sont également intéressés à approfondir les circonstances dans lesquelles « ces conseils auraient été prodigués par le Special Adviser » alors qu’une enquête de la police est en cours sur cette agression après un accident de la route à Sodnac le samedi 4 mai dernier.
Dans son entourage au PMO, Subash Gobine indique qu’« il ne se sent nullement concerné par cette affaire ». À ce jour, aucune indication n’est disponible quant à la prochaine convocation de Yatin Varma pour interrogatoire. Le certificat médical soumis à la police expire à la fin de cette semaine. Le principal concerné pourrait effectuer une autre visite médicale avant ce prochain rendez-vous à la police.
« Plates excuses » de Varma sur l’agression
Ce qui est sûr dans le cadre de l’enquête sur le VarmaGate, c’est que Maurice Allet est des plus affirmatifs : « Varma finn dir mwa ki kan sa zafer-la inn leve, Subash Gobine finn dir li vinn get mwa. » C’est du moins l’explication fournie par le président du PMSD au sujet de son implication dans cette médiation avec un premier appel téléphonique le dimanche 19 mai à Mario Jeannot.
Maurice Allet a confirmé la chronologie des événements dans le VarmaGate, soit la première rencontre dans ses bureaux de président de la MPA le 20 mai. Il s’appesantit sur le fait que Mario Jeannot est venu à ce rendez-vous à sa requête personnelle puisqu’ils se connaissent de longue date. Il ajoutera que c’est Yatin Varma qui lui a fourni le numéro de téléphone des Jeannot à Flic-en-Flac.
Le président de la MPA souligne que suite à un appel téléphonique de sa part, Yatin Varma est descendu dans les locaux de la MPA pour rencontrer Mario Jeannot. Il fera comprendre que les échanges entre Mario Jeannot et Yatin Varma se sont déroulés de manière courtoise et que l’Attorney General avait même présenté ses plus plates excuses au sujet de l’acte d’agression.
Les détails supplémentaires fournis par Maurice Allet au sujet de cette première rencontre sont les suivants : d’abord, pendant la conversation, Mario Jeannot a fait deux appels à partir de son téléphone cellulaire. Il avait téléphoné à l’un de ses fils. La conversation était audible pour les autres personnes au bureau vu que c’était sur le mode speakerphone.
Selon Maurice Allet, le fils était très virulent quant à l’agression de son frère. Mario Jeannot dit ne pas être satisfait de Yatin Varma. Il appelle de nouveau ses deux fils pour leur parler. À ce stade, le président du PMSD confirmera que la question d’argent est abordée. Mais il renverse la vapeur sur Mario Jeannot. Il dira à la police que le premier montant mentionné est de Rs 2 millions sur une proposition de Mario Jeannot. Yatin Varma répondra qu’il n’a pas les moyens pour une telle compensation. Il serait partant pour un dédommagement inférieur à Rs 1 million.
Maurice Allet prendra soin de souligner à la police que la rencontre à la MPA du 20 mai est l’unique entre Mario Jeannot et Yatin Varma en sa présence.
« Détruire Varma »
Maurice Allet allègue que la deuxième rencontre du 22 mai dans l’enceinte de l’écurie Allet au Mauritius Turf a été organisée à la demande de Mario Jeannot suite à un appel téléphonique. Les limiers du Central CID comptent procéder à un relevé de tous les appels téléphoniques des principaux protagonistes pour établir la véracité des faits.
La seconde rencontre dans l’enceinte du MTC est à l’initiative de Yatin Varma, qui avait appelé Maurice Allet à ce sujet. Ce contact se déroule en présence de Florent Jeannot, la victime de l’agression. « Lors des discussions, Mario Jeannot accepte de réduire la réclamation de Rs 2 millions à Rs 1,5 million », soutient Maurice Allet, qui ajoute que la victime de l’accident n’est pas réfractaire à cette éventualité.
Pour ce qui est du rendez-vous à Montmartre, Maurice Allet renvoie la balle à Mario Jeannot. À nouveau, les appels téléphoniques du président du PMSD et de Mario Jeannot devront soit accréditer la thèse de Maurice Allet, soit la démentir. Au cours de ces échanges à Montmartre, Mario Jeannot aurait fait état d’une proposition alléguée venant d’un membre du gouvernement pour mettre à sa disposition deux hommes de loi en vue de « détruire Yatin Varma ».
Devant l’impatience de Mario Jeannot à régler cette affaire, Maurice Allet suggère que le précédent intermédiaire, un ancien haut gradé de la police, soit de nouveau sollicité pour conclure l’affaire. La proposition est également rejetée. Mario Jeannot aurait également confié à Maurice Allet qu’un ancien ministre travailliste avait même débarqué à son domicile dans une tentative de régler ses comptes à Yatin Varma.
Le président du PMSD a également produit aux enquêteurs différents messages SMS reçus au cours de cette période, dont certains portant sur des menaces de Mario Jeannot à Yatin Varma ou encore celui du 5 juin reçu à 19 heures 07 où Mario Jeannot écrit à l’intention de Maurice Allet : « Merci beaucoup pour les négociations à ton bureau, et à ton écurie et à Montmartre hier. »
Trois autres messages SMS reçus de Yatin Varma ont également été versés dans le dossier à charge, soit les deux du 6 juin, à 15 h 22 et 17 h 26 où dans ce dernier Yatin Varma écrit : « plz dont forget 2 request him 2 call me, thnx. » Ou encore celui du 10 juin à 10 h 35 avec Yatin Varma écrivant « dear Maurice,sorry 2 disturb u again. Have u been able 2 speak to him ? Thnx ».
Avec ces nouveaux éléments suite à l’interrogatoire de Maurice Allet, il est plus qu’évident que Mario Jeannot devra retourner bientôt au QG du Central CID pour un exercice de confrontation dans le cadre de l’enquête sur le VarmaGate. Mais ce sera probablement après l’interrogatoire de Yatin Varma.